Tatouage et spiritualité : portrait d’Amélie

Texte et photographies : François Capdeville

Amélie s’installe dans un fauteuil, souriante, un mug de thé à la citronnelle. Elle nous explique sa relation au tatouage et son autre métier, plutôt inattendu, puisqu’elle est voyante.

Amélie ! Raconte-nous ton premier tatouage ?

Ah ! Je n’en suis pas très fière !!! Il s’agit d’une licorne que je me suis faite tatouée à 18 ans. Je voulais matérialiser l’enfant joyeux que l’on a toujours en soi. Un rappel à l’enfance qui nous échappe.

Depuis, ton corps a été encré plusieurs fois. Comment as-tu franchi le pas ?

J’ai toujours été un peu « rebelle » et je n’ai jamais aimé faire comme les autres. Je suis partie vivre en Guyane où j’ai fréquenté beaucoup de gens tatoués. J’y ai fait un second tatouage, puis un troisième…l’expérience m’ayant bien plu. Mais depuis, je les ai fait recouvrir. Il faut dire qu’ils n’étaient pas très esthétiques. Les tatouages avaient été faits dans des conditions pas géniales, dans les bas-fonds guyanais ! Par la suite, j’ai rencontré Damien, un tatoueur talentueux qui deviendra également mon mari.  Il m’a tatoué des pièces de plus en plus grosses. Après ce qui est cool, c’est que l’on aime les mêmes choses : s’il vient me voir avec un projet qui me plait, on le fait tout de suite. Je fonctionne à l’instinct.

 

Un chat japonais. Les chats sont les portes de l'autre monde.  Denis Giraud / Atelier D (Châteauroux)

Un chat japonais. Les chats sont les portes de l’autre monde. Denis Giraud / Atelier D (Châteauroux)

Amelie5

L’être de lumière qui veille sur une femme. Toma Chausson Tomato / Per sempre (Meulan)

Amelie17

« La promesse » de Tonton Loic / Per Sempre

« RIEN A FOUTRE » Valentin (ancien apprenti)

Comment ta famille a réagi à tes premiers tatouages ?

A l’époque, on ne recouvrait pas de cellophane un tatouage tout juste piqué, mais d’une compresse. Je me souviens m’être penchée devant ma mère qui découvrit ainsi la compresse. Tu peux imaginer que j’ai eu le droit à une avalanche de questions, comme peut le faire une maman protectrice. Il faut dire que personne dans ma famille n’était familiarisé avec la culture du tatouage. En parallèle, plus on va m’imposer quelque chose, plus je vais faire l’inverse. Et, tout naturellement, plus on me disait que mes tatouages étaient moches, plus j’en faisais ! Aujourd’hui, mes parents ne font plus attention. Et même mon frère est tombé dedans, avec un dos entièrement tatoué.

Quelle est ta pièce préférée ?

Il s’agit d’un ange, situé sur mon plexus solaire. L’exécution est de qualité et j’aime ce qu’il dégage. Sa représentation est bienveillante. Tu te douteras que chacun de mes tatouages est lié à un événement de ma vie. J’aime beaucoup également cet être de lumière tatoué à l’intérieur de mon bras gauche. Il parle à une femme, la conseille même. Cet échange reflète mon travail : je suis voyante et je conseille les gens qui viennent me voir.

 

amelie9

Amelie20

« Liberté ». La liberté de penser, de dire, de faire et surtout d’être, malgré les jugements. Nous sommes les seuls maîtres de notre vie. Disea / Seven 8 Tattoo (Mante-la-Jolie)

Parle-nous de ton aptitude à la voyance ?

Je pourrais écrire un livre sur le sujet tant je suis passionnée. Le point de départ est une séance de spiritisme qui a mal tourné quand j’étais jeune. J’ai fait venir une entité malfaisante mi-homme / mi-singe qui m’a hanté plusieurs jours. Elle m’observait dans la pénombre chez moi. J’étais la seule à la voir et elle ricanait en moi. Je croyais devenir folle. J’ai fini par lui demander de partir et elle disparut du jour au lendemain. Je me suis ainsi découvert une hypersensibilité au spirituel. Après, j’ai développé la méditation et, petit à petit, j’ai appris à me connecter avec des âmes, des êtres de lumière. Lorsque des ondes négatives oppressent une maison ou une famille, je peux travailler dessus pour les faire disparaître. Je mets en contact également avec les personnes décédées. Je suis un peu comme une antenne en fait. Je précise que nous sommes tous des êtres sensibles et que n’importe qui peut connecter. Mais, le monde moderne, le conditionnement religieux, le rationalisme à outrance nous ont bridé dans notre sensibilité médiumnique.

Quel est ton prochain projet ?

J’en ai plein. Je voudrais d’abord finir mon bras que j’ai commencé il y a 3 ans, puis le mollet… une partie de mon corps particulièrement sensible ! Enfin, j’aimerais bien attaquer mon dos pour y mettre une grande sorcière un peu sexy, tu vois ? Pas celles qui ont des verrues sur le nez et qui font peur aux enfants ! J’aime le symbole de la sorcière. Les hommes les ont persécutées parce qu’elles avaient des capacités supérieures.


Voyance : Amélie travaille surtout via recommandation. Facebook

Damien, son mari, tient le shop Seven 8 tattoo à Mantes la Jolie
Toutes réalisations possibles mais spécialisation New School.

Amelie7

Amelie15

Machine à tatouer, pour la passion du tatouage et de sa culture. Noka (Lyon)