Immersion dans la tradition viking avec Aleksander Sacha

sacha – une JLM

Texte et photographies : FranA�ois Capdeville

Aleksander Sacha est tatoueur mais aussi tatouA� et adepte d’une philosophie de vie inspirA�e viking. Son corps encrA� de symboles vikings, celtes et slaves en est le reflet. Il est A�galement un des rares tatoueurs spA�cialisA�s dans cet univers en France. Rencontre avec un gA�ant au cA�ur tendre.

L’homme est impressionnant. Coqueluche des festivals de musique mA�tal, Aleksander Sacha est reconnaissable entre mille notamment grA?ce A� cette corne dA�mesurA�e attachA�e A� la ceinture qua��il aime remplir de biA?re. Le voici dans le bar oA? nous avons rendez-vous. Il dA�ploie sa silhouette de prA?s de deux mA?tres de haut. Il est affable. L’A�il est malicieux. Sacha nous raconte son univers et comment il est devenu un des tatoueurs spA�cialisA�s en motifs vikings, slaves et celtes en France.

D’oA? te vient cette passion pour l’univers viking ?

Depuis que je suis petit, j’ai toujours A�tA� attirA� par la mythologie mA�diA�vale et les rA�cits A�piques. Il faut dire qu’en tant qu’ukrainien, j’ai une passion particuliA?re pour les vikings qui ont A�tA� les pA?res fondateurs de Kiev en soumettant et en unissant les diffA�rentes tribus locales. En parallA?le, j’ai toujours A�tA� passionnA� par les sports de combats et les tournois. J’ai dA�couvert un jour qu’il y avait des reconstitutions historiques avec des combats rA�els. Je me suis inscrit A� une association et depuis j’arpente les festivals de vikings, comme le trA?s fameux Wolin. Imagine, 2000 personnes sur un champ de bataille oA? les coups sont vraiment portA�s. C’est trA?s impressionnant A� vivre. Il y a toujours des blessA�s.

Sasha7

Autour du cou, Sacha arbore un torque, le collier celtique qua��arboraient les guerriers celtes. Son torque reprA�sente deux tA?tes de loup se faisant face. Un mA�tissage artistique viking et celte.

sasha1

La��arriA?re du torque. Sacha apprA�cie les arabesques qui sont un excellent moyen de rA�unir visuellement diffA�rentes piA?ces sur le corps.

sasha3

MjA�llnir, le marteau de Thor, trA?ne au milieu du torse. A noter qua��il sa��agit da��une reprA�sentation fidA?le du marteau telle que la��on peut le retrouver dans des musA�es. Sacha y a intA�grA� quelques arabesques A� la��intA�rieur.

Sasha2

Sur le biceps, une A�pA�e. Un des premiers tatouages que Sacha sa��est fait encrer lorsqua��il a gagnA� son premier duel lors da��un rassemblement viking en Pologne.

sacha2

Sa derniA?re rA�alisation par Carotattoo de BA�ziers. Ce projet qua��il a en tA?te depuis deux ans se lit sur 3 niveaux. Da��abord le Valknut, symbole da��Odin et mA�taphore de la mort qui libA?re la��A?me. PlacA� au niveau du plexus solaire, il est accompagnA� des corbeaux messagers da��Odin. Ensuite, le visage da��Odin stylisA�, dans le prolongement visuel de MjA�llnir, le marteau divin de son fils. Enfin, Odin A�crit en lettres runiques placA� au-dessus du visage.

Sacha3Le dos de sacha expose une roue solaire, une des nombreuses reprA�sentations de la svastika. Ca��est un symbole solaire qui fait office de protection et qui est placA� au dos du plexus solaire. La roue est gardA�e par deux dragons vikings. En son centre, la��A�pA�e, la��accessoire indispensable du guerrier. Sacha a rajoutA� des arabesques pour un effet de composition artistique.

Comment es-tu devenu artiste tatoueur ?

Et bien tout s’est fait de maniA?re trA?s naturelle. Je suis artiste peintre de formation. J’ai A�tudiA� les Beaux-Arts A� Kharkov, Ukraine. TrA?s rapidement, mes amis de l’association viking m’ont demandA� de dessiner des motifs tribaux et de les tatouer. J’ai dA� apprendre trA?s vite. Face A� la��absence de formation, je suis allA� A� une convention de tatouage et j’ai observA�. Par chance, un ami tatoueur de Lyon m’a montrA� les rudiments. Et comme on na��est jamais mieux servi que par soi-mA?me, et bien, j’ai commencA� A� tatouer sur mon propre corps. AprA?s, j’ai commencA� A� encrer mes amis de l’association.

Le tatouage est une affaire personnelle. Au-delA� de l’esthA�tique, c’est vraiment une maniA?re de marquer les grandes A�tapes de ta vie. Et j’y vois aussi une dimension spirituelle. Le tatouage vient orner mon corps qui est le temple de mon dieu vivant.

Comment t’es-tu formA� A� l’univers graphique viking ?

J’A�tais dA�jA� bien documentA�. J’ai fini par crA�er un style aux confluents des styles graphiques slaves, vikings et celtes dans lesquels on retrouve bon nombre d’A�lA�ments communs : l’arbre de la vie par exemple. Je m’inspire beaucoup de leur mythologie et de ces motifs qui A� l’A�poque A�taient gravA�s sur le bois ou les armes. AprA?s je traduis cela avec mon style.

Aujourd’hui, il y a un vA�ritable engouement pour cet univers. D’ailleurs Game of Thrones et autres sA�ries Vikings n’y sont pas A�trangers.A� Ce qui n’est pas pour me dA�plaire, puisque mon agenda ne dA�semplit pas. Toute cette dynamique est positive : les gens viennent me voir avec leurs projets et me font A�voluer. Ils m’aident A� me dA�velopper dans mon art.

Comment dA�finirais-tu ton style ?

Mes A�tudes aux Beaux-Arts m’ont aidA� A� me forger un A�il et une culture graphique. AprA?s j’y ai apportA� mon identitA� et mes envies. Le style viking n’est pas trA?s codifiA� en Europe. Il y a certes quelques spA�cialistes en Scandinavie. Mais aucun en France A� ma connaissance. Je n’ai jamais vu de style viking en convention par exemple. Du coup, alors que je pratiquais ce style dans mon coin, j’ai rA�alisA� grA?ce A� mes clients que mon style A�tait unique. Certains viennent de trA?s loin pour me voir.

Si je devais caractA�riser l’univers visuel viking, je mettrais en avant des A�lA�ments symboliques tels que le Vegvisir, le compas runique, le marteau de Thor, le Valknut (les trois triangles qui se chevauchent), les tA?tes de loups et de sangliers. Il y a A�galement beaucoup d’entrelacs que l’on retrouve aussi chez les celtes. C’est quelque chose de trA?s dur A� rA�aliser. L’univers slave est davantage marquA� par des arabesques. Il y a aussi beaucoup de motifs floraux stylisA�s. Enfin, dans l’univers celte, il y a beaucoup d’A�lA�ments gA�omA�triques, des triskels stylisA�s et le fameux torque, le collier celte qui remonte A� la��A?ge de fer. Sur le style viking, je me sens plus libre, dans le celte, c’est trA?s gA�omA�trique avec beaucoup de chevauchements dans la composition.

Comment fait-on pour vivre comme un viking A� Paris ?

DA�jA� il n’y a pas de viking A� Paris. Il y a UN viking A� Paris. (Rires). Les gens pensent que je suis Ragnar Lodbrock. Mais je ne prA�tends pas A?tre viking. Je suis Sacha. Et j’ai mon propre style. Je n’ai pas envie de sombrer dans le thA�A?tral. A�Par contre, j’aime la philosophie viking. J’aime l’idA�e de vivre tous les jours comme si c’A�tait le dernier. Les vikings vivaient A� l’instant prA�sent. J’aime les idA�aux qu’ils A�voquent : brigands, libres, dA�couvreurs… J’aime leur hA�donisme, le goA�t de la bagarre, l’attrait pour les femmes, la fA?te. Dieu nous a donnA� la chance d’A?tre en vie, il ne faut pas la brider comme certaines religions ont tentA� et tentent de le faire : elles cherchent A� contrA?ler nos envies et nos pulsions en nous culpabilisant, alors que nous sommes tous fondamentalement des A?tres libres.


Facebook

Sasha9

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest