Le tatouage pour petits et grands : « Les histoires de l’Oncle Tatoo »

La couverture sur fond bleu représente l’Oncle Tatoo. L’air d’un loubard amusant et attachant, le bonhomme cerclé par un médaillon très gravure ancienne attire l’attention. Et comment lui résister ? L’Oncle Tatoo, le sourire aux lèvres, son petit Chihuaha dans les bras, son look de biker et ses tatouages apparents séduit petits et grands immédiatement. Pourtant un doute nous assaille. Se pourrait-il que « Les histoires de l’Oncle Tatoo » ne soit pas à la hauteur de ce joli emballage?

histoirestatoo

Détrompez-vous ! Composé de plusieurs récits, parfaitement écrits, drôles et poétiques, ce livre pour enfants véhicule de de vraies valeurs en renforçant l’idée que la pratique du tatouage a du sens. Un point d’honneur qui n’est pas des moindres. Mais revenons à cet Oncle Tattoo, personnage central. Parent excentrique de la famille, fan de moto et de Led Zeppelin, son compagnon de route est un minuscule chihuahua nommé Sid. Rebelle d’accord, mais surtout tonton au grand cœur des triplettes espiègles « La, Lala et Lalala ». L’Oncle Tatoo n’est jamais avare d’histoires rocambolesques quand il s’agit d’assouvir la curiosité dévorante de ces petites filles. Alors, il relève la manche de son perfecto, laisse durer le suspense sur le motif de son bras choisi avant d’en conter l’histoire : «Ici, pas de Joconde ni de Radeau de la Méduse, mais un champignon, une licorne, un ressort, un raton laveur, une chaise…  Le tout joliment tatoué à l’encre bleue. »

On explore, au travers de ses tatouages, l’univers de l‘Oncle Tatoo. Coloré et digne des aventures les plus excentriques de Philémon (FRED). A chaque récit, son petit grain de folie nous emmène toujours plus loin au cœur de valeurs modernes liées au tatouage. En témoigne le récit de « La chaise ». Il transmet l’idée, non moins importante, que chaque tatouage porté a du sens réel ou non. De quoi permettre de citer une autre « histoire dans l’histoire », racontée par le film Big Fish de Tim Burton: « Un homme raconte si souvent ses histoires qu’il ne fait plus qu’un avec. Ses histoires lui survivent et ainsi il devient immortel. » C’est pourquoi, il nous semblait évident de questionner, pour une fois, l’histoire de ses auteurs : Rascal et Peter Elliott.

« Les histoires de l’oncle Tatoo » sont issues du désir d’une nouvelle collaboration entre deux auteurs. Ils se sont connus au sein de la maison d’édition PASTEL. Ce n’était pas la première fois que le tatouage prenait place dans leurs scénari.«Nous avions déjà traité ce thème au travers de Horace l’un des personnages de Etoile qui est tatoué de la tête aux pieds. Etoile est une BD que nous avions produit ensemble quelques années plus tôt ». Ces deux artistes belges, autodidactes ont un parcours classique « mauvais élève » qui se transforme à l’âge adulte. Une belle leçon surtout lorsque l’on apprend que Rascal, l’auteur des textes, a beaucoup pratiqué l’école buissonnière…« J’ai aimé l’école jusqu’à mes 12 ans. Tout m’intéressait alors. Apprendre à lire, écrire, calculer, l’histoire, les sciences, la géographie.  Ce savoir en poche, j’en savais assez pour me débrouiller dans la vie.  C’est ce que je pensais.  De plus, j’étais sans grandes ambitions.  Je me souviens avoir eu le désir d’être clochard. Dans le genre Charlot, Rimbaud ! ».

C’est, il faut l’avouer, en s’ennuyant sur les bancs de l’école, que le dessinateur perfectionne ses traits. Il fait un tour à l’Institut Saint-Luc et découvre ce qui lui plait ainsi que la musique. Une passion qui le rapprochera de son comparse : Peter, musicien aussi et qui s’amuse à glisser de nombreuses références rock’n’roll dans l’ouvrage… « Je fais un lien très étroit entre la musique et le dessin, mais je ne suis pas le seul à aimer le rock’n’roll, Rascal aussi ! Sid (Vicious, comme le nom du Chihuhua, Ndlr) c’est son idée. »  Puis un jour, c’est l’envie de bosser ensemble qui reprend le dessus, et c’est la fascination du tatouage qui l’inspire. « Avant qu’il n’envahisse les corps de toutes les couches de la société, le tatouage était essentiellement rebelle.  Et comme je connais plus de rockers que de marins ou d’ex-taulards…La figure du vieux rocker s’est tout naturellement imposée. »

histoirestatoo2

Peter laisse le texte filer suivant les influences qui se digèrent alors. Les choses viennent naturellement et dans ce processus d’écriture permettent de dénicher ce moment où le personnage tel quel apparaît. « C’est lui et personne d’autre ! », explique Peter. En mélangeant peinture et photographie, le duo explore de nouvelles techniques. Le montage donne la possibilité aux photographies, issues du réel de basculer dans l’imaginaire. Alors quand Rascal remercie : « le cerveau de son fils » à la fin du livre, on se dit que l’enfant a joué un rôle. Mais encore une fois, c’est toute une histoire : «  Après avoir jeté les bases et écrit prologue et première histoire, j’ai eu l’envie de travailler avec mon fils Lucas.  Au hasard des pages d’un Larousse de Poche, des réflexions s’en suivaient.  Nos idées allaient de l’un à l’autre, comme une balle du tournoi du Grand Chelem. Et les histoires naissaient aussi vite qu’une partie de billard. Non que je sois à court d’idées, mais l’envie de passer du temps avec mon fils, et de confronter son jeune cerveau fantasque au mien me charmait».

Alors que le lascar: Rascal n’est pas tatoué, son arrière grand-père jouit lui d’une sacrée réputation : «  Il s’était fabriqué une petite roulotte tiré par un grand chien et mangeait quelque fois du hérisson. Voilà le mythe ! Mon frère Stéphane est tatoué, ainsi que l’un de mes fils. Ils ont hérité de cette passion qui avait sauté deux générations », raconte le père de famille. Peter en revanche porte une spirale sur l’épaule gauche, une simple ligne qui a beaucoup de sens à ses yeux. Les deux compères ont l’un comme l’autre des idées plein la tête et soyez-surs que vous les retrouverez bientôt en littérature jeunesse comme ailleurs. Peter, sortira un EP avec son groupe Mr. Bates Extraordinaire, soyez-surs qu’on vous en donnera des nouvelles !


Les Histoires de l’Oncle Tatoo

Rascal & Peter Elliott Editions : www.chantelivre.com

Par Alexandra Bay & Tiphaine Deraison