JJ Wilde, chanteuse tatouée et engagée

Texte et photographies : François Capdeville

La canadienne JJ Wilde vient de sortir « Ruthless », son premier album. Une véritable pépite aux accents rock bluesy, acclamée par la presse ! Pourquoi faut-il absolument écouter  » Ruthless  » ? Tout simplement parce que JJ Wilde fait partie de ces rares chanteuses à posséder un timbre de voix immédiatement reconnaissable. En marge de la musique, JJ Wilde est également passionnée par les tatouages.

JJ Wilde, d’où provient ton intérêt pour le tatouage ?

Je crois que j’ai toujours été fascinée par les tatouages, ainsi que par les gens qui en portent. J’aime l’idée que le tatouage soit un langage à part entière, qui permet de révéler un univers intérieur.

Quel regard porte ta famille sur le tatouage ?

Mon père était contre. Ma mère a toujours été plus détendue, même si au fur et à mesure que j’en faisais, elle fronçait des sourcils. Elle avait dû donner son autorisation pour que je fasse mon premier tatouage à 16 ans. Elle avait accepté parce qu’avec ma grande sœur nous avions décidé de nous faire tatouer ensemble. Bon, évidemment, aujourd’hui, ils n’y font plus attention. Ils savent que c’est mon corps et que je suis libre de faire ce que je veux.

Comment choisis-tu tes pièces ?

Comme beaucoup, j’allais chez les tatoueurs avec une idée en tête et ensuite je choisissais dans les catalogues des dessins qui se rapprochaient de mon idée. Aujourd’hui, j’ai la chance de connaître une artiste incroyable à qui je confie mes tatouages. Elle s’appelle Lia et travaille à son shop Cool Beans Tattoo, à Toronto. C’est elle qui m’a tatoué le motif floral sur ma hanche. Je lui montre des illustrations qui m’inspirent et nous échangeons sur mes envies. Ensuite, elle travaille selon son inspiration.

Quelle est ta pièce préférée ?

J’aime beaucoup mon loup sur mon avant-bras qui est très délicat, très féminin. J’aime son regard. Le tatouage n’est pas trop dense et la texture de la peau s’équilibre parfaitement au tatouage

As-tu un univers graphique que tu aimes en particulier ?

J’aime beaucoup le floral, et tout ce qui est lié à la vie sauvage.

JJ Wilde

As-tu un “tattoo of shame” ?

Oui. C’est le signe peace derrière mon oreille. Le cercle a mal été exécuté, il n’est même pas circulaire. A ma décharge, je l’ai fait à 17 ans. Aujourd’hui, il fait partie de mon histoire.

Quel est ton prochain projet ?

Il y a plusieurs endroits où j’aimerais me faire tatouer, par exemple sur mes pieds. Je trouve que les pieds tatoués sont très jolis. J’aurais envie de poursuivre le travail sur mes bras, même si pour l’instant, je suis très heureuse de ceux que je porte et qu’ils me suffisent. Quand j’ai une idée de motif, j’attends 6 mois avant de la réaliser, pour être bien certaine que je ne me trompe pas.

Tu prends ouvertement position sur la condition féminine et l’hypersexualisation des femmes. Raconte-nous.

Tout à fait. Cet engagement est lié à ma propre expérience, liée notamment à l’époque où je travaillais comme serveuse. C’est un métier où tu es souvent confrontée aux préjugés masculins. Je me souviens avoir travaillé dans un strip club qui m’a permis de rencontrer beaucoup de femmes qui aimaient se produire, et d’autres qui n’aimaient pas, mais qui le faisaient pour vivre. Dans les deux cas, elles étaient jugées. Les femmes doivent être respectées, quels que soient leurs choix.

JJ Wilde smile

Parlons de Ruthless. Qu’est ce qui te rend fière dans ce nouvel album ?

Je suis très fière de sa réalisation parce que c’est un album qui me reflète totalement, qui s’est créé sans compromis. Mon producteur a été génial : il m’a aidée à mener mon projet comme je l’entendais.

Est-ce qu’il y a un titre que tu aimes en particulier dans cet album ?

J’aime beaucoup Feelings. C’est une chanson inattendue. Nous étions à la fin du processus d’enregistrement des autres titres. Et nous avions décidé avec l’équipe de faire une chanson toute simple, juste pour le plaisir de créer, sans nous préoccuper de quoi que ce soit. Nous avons créé la musique que nous voulions avec évidemment nos instruments, mais aussi les objets que nous avions sous la main pour créer une ambiance. Tu entendras même des bruits de pas. Ce titre n’est pas du tout formaté pour la radio, mais je le trouve bien joli.

Si par miracle tu rencontrais la petite fille que tu étais à dix ans. Que lui dirais-tu ?

Je lui dirais de ne pas chercher à plaire aux autres : quoique qu’elle fera, elle sera jugée. Je lui dirais de suivre son cœur, de ne pas prêter attention aux gens égoïstes et de se faire plaisir.

Un dernier mot pour ceux qui liront l’interview ?

D’abord, je veux vous dire que votre langue est très belle et que j’aimerais améliorer mon français J’adore votre culture, votre architecture et votre cuisine. Merci de soutenir la jeune chanteuse canadienne que je suis.


Instagram

JJ Wilde wolf
JJ Wilde flowers