A�A�You Won’t Regret That TattooA�A�A�: vieillir tatouA�

ywrtt une

A�A�J’aime le fait que ces personnes A?gA�es n’en aient simplement rien A� faire de l’opinion des autresA�A�, explique Angie Bird, rA�alisatrice australienne A� l’origine deA�: A�A�You won’t regret that tattooA�A�. Le court-mA�trage documentaire fait le point sur l’argument le plus usitA� des anti-tatouA�sA�: le regret.

A� »Opinions are like assholes, everyone’s got one and they all stink! »

Qui n’a jamais eu A� entendre: A�A�tu le regretteras quand tu seras vieuxA�A�A�? Pour dA�jouer cette idA�e reA�ue, la publicitaire de mA�tier a crA�A� un premier film esthA�tiquement et humainement profond. Regroupant des personnages atypiques – Bernice Williams, Rick Gadde, Frank Reid, Chappy, Maria Melnik, Bruce Stewart, Monica Branson -, A�A�vieux tatouA�sA�A�, confiant A� la camA�ra leurs doutes, leurs souvenirs intimes, mais surtout leur fA�roce personnalitA�. A�A�You won’t regret that tattooA�A� est l’affirmation qu’on peut rester fidA?le A� ses encres, annA�es aprA?s annA�es…

You Won’t Regret That Tattoo from angie bird on Vimeo.

Quel A�tait le but de ce documentaire en premier lieuA�?

Angie Bird : J’aime le fait que ces personnes A?gA�es n’en ont juste rien A� faire de ce que peuvent penser les gens A� leur sujetA�! J’ai pas mal d’amis tatouA�s, j’ai souvent remarquA� qu’on leur posait la mA?me questionA�: A�A�Tu ne le regretteras pas quand tu seras vieuxA�?A�A�. J’ai tellement entendu cette phrase autour de moi sans jamais trouver personne qui puisse y trouver la bonne rA�ponse, que j’ai dA�cidA� de me lancer sur le sujet.

a�� comment as-tu trouvA� ces diffA�rents interlocuteursA�?

Cela m’a pris A�normA�ment de temps. En tout quatre mois. J’ai rejoint des groupes comme A�A�avoir 40 ans et s’A�claterA�A� sur facebook, puis je suis allA�e A� des conventions et j’ai littA�ralement distribuA� des flyers aux gens. J’ai aussi contactA� des associations et groupes de vA�tA�rans. Lorsque j’ai trouvA� Bernie, cette dame si mignonne, qui se fait tatouer dans le film, c’A�tait via une de ces rA�unions d’anciens soldats. Le genre de rA�union oA? ils vont boire une biA?re autour d’un barbecue…j’essayais alors de convaincre des marins mais aucun d’eux ne voulaient participer. Ensuite, j’ai parlA� A� cette femme et elle m’a avouA� avoir toujours voulu se faire tatouer. Alors je lui ai demandA� d’A?tre dans le film.

« J’aime le fait que ces personnes A?gA�es n’en ont juste rien A� faire de ce que peuvent penser les gens A� leur sujetA�! »

Et qu’en est-il de RickA�?

Quand je suis allA�e A� cette convention de tatouage, j’ai retrouvA� un ami qui s’appelle Chappy, qui est aussi dans le film – le gars avec le A�A�cock tattooA�A� sur sa jambe – mais A� part lui je n’ai pas trouvA� de gens qui m’intA�ressaient. Au bout d’un moment, j’allais partir et j’ai laissA� un tas de flyers sur une table et mA?me dans les toilettes des filles. Et cette nana, un peu bourrA�e, qui s’est avA�rA�e A?tre tatoueuse, m’a dit A�A�ohA�!, Mon pA?re est vieux et tatouA�… j’en prends unA�!A�A�. Elle l’a filA� A� son pA?re et le lendemain matin, il m’a appelA�A�!

Quel A�tait exactement ton rA?le dans la crA�ation de ce filmA�?

J’en ai dA�gagA� le concept entier et je l’ai A� la fois rA�alisA� sur un plan technique comme sur un plan artistique. Je savais exactement ce que je souhaitais voir A� l’A�cran, autant dans les dA�cors, les habits, les scA?nes…J’avais dA�jA� l’idA�e de faire ce documentaire depuis deux ansA�! Et pour 30 minutes de films cela m’a pris un an au complet. Puis, le film est parti pour une annA�e de festivals de films et maintenant que le circuit est clA?t, j’ai pu le mettre en ligne.

chappy_arm

On sent que tu as vraiment A?tre au plus proche des gens interrogA�s dans ce documentaire…

Oui, il y a quelques personnes avec qui je ne suis pas allA�e jusqu’au bout car je ne sentais rien de profond A� raconter avec eux. Avec ceux que j’ai choisis il y eut au contraire, une forte connexion entre nous. Et une fois que je les ai trouvA�s, je leur ai parlA� pendant presque deux mois avant mA?me qu’on puisse envisager de tourner. La plupart d’entre eux n’avaient jamais A�tA� devant une camA�ra. Rick, lui n’avait jamais utilisA� skype. Vivant trA?s loin, je devais l’appeler et l’interviewer. De ce fait nous sommes rapidement devenus amis et Rick s’est ouvert sur les abus subit dans son enfance. Mon but A�tait d’arriver A� ce mA?me stade de confiance avec tout le monde. Avant mA?me de tourner, je leur demandais si on pouvait aller aussi loin. Je voulais vraiment montrer A�aA�: tous ces gens avec des histoires profondA�ment intimes si diffA�rentes les unes des autres.

Cet effort d’intimitA�, on le ressent aussi dans l’esthA�tique du film…

J’aime ces vieilles photographies d’archives datant des annA�es 20/30 reprA�sentant des gens tatouA�s oA? on retrouve la signature du tatoueur A�crit en haut de l’image. VoilA� pourquoi le dA�cor du film prend l’i:mage d’un vieux tattoo shop oA? la moitiA� des murs contient des planches de flashs. Je voulais aussi recrA�er ces tons dA�lavA�s de bleu et marron car A�a rappelle les vieux tatouages. Cet espA?ce de filtre A� effet vieilli, un peu sombre dans le film donne cet ambiance un peu nostalgique.

frank

 

Quel est ton moment prA�fA�rA� du filmA�?

J’aime la faA�on donc Bernie raconte que les femmes ont un rA?le plus fort dans la sociA�tA� dA�sormais et que de ce fait, elle qui a toujours voulu avoir un tatouage a�� et qui a toujours A�tA� une rebelle d’ailleurs a�� puisse enfin se laisser aller A� se faire piquer ! Pour eux, avoir un tatouage c’est pas si important, lorsque l’on considA?re tout ce qu’ils ont traversA�. Je pense d’ailleurs que si tu as 80 ans et que tu es toujours lA� A� te morfondre et A� regretter un tatouage, A�a veut dire que tu n’as pas assez vA�cuA�!

Es-tu toi-mA?me tatouA�eA�?

Oui, j’en ai un sur les poignets qui reprA�sente des oiseaux car mon nom de famille est A�A�BirdA�A�. Ca ne ressemble pas A� grand chose maintenant et ce n’est pas trA?s joli. Et j’ai aussi fais une des parties du Ying-Yang avec ma meilleure amie, on A�tait saoul et elle a l’autre parti mais on s’est aperA�ues que le tatoueur avait utilisA� la mA?me partie sur l’une comme sur l’autre…impossible que A�a puisse s’emboiter. Pour mon prochain projet je pensais A� ce tatoueur russe,Andrey Svetov. J’aimerai vraiment me faire une manchette par lui un jour.

monica_hands monica

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest