A�A�The Last MambabatokA�A�A�: le tatouage Kalinga, ne mourra pas

MAMBABATOK UNE

Apo Whang-Od, c’est le nom de cette femme de 99 ans, derniA?re tatoueuse Mambabatok a�� nom donnA� aux artisans tatoueurs de la tribu Butbut aux Philippines – , exerA�ant un tatouage au A�A�hand-tapA�A� . DerniA?re A� maA�triser le savoir-faire qu’exige le tatouage traditionnel Kalinga elle a dA�sormais une hA�ritiA?re.

The Last Mambabatok from Brent Foster on Vimeo.

Ultime artiste de sa gA�nA�ration A� possA�der ce savoir-faire du tatouage Kalinga, culture et communautA� reculA�e du Luzon aux Philippines, Apo Whang-Od a trouvA� en sa petite niA?ce Grace une hA�ritiA?re A� qui transmettre ce savoir ancestral. ConsidA�rA�e comme la plus grande artiste Mambabatok de sa gA�nA�ration, Apo Whang-Od, devenue veuve A� 25 ans, n’avait aucun enfant A� qui communiquer son hA�ritage. De nombreuses vidA�os et articles apparus sur la toile notamment via la BBC ont A�lA�vA� cette femme au rang de contributrice incontournable du patrimoine philippin. Un patrimoine qui se serait A�teint avec elle, si Apo n’avait pas commencA� A� enseigner A� sa petite-niA?ce, Grace Palicas, cet artisanat. L’hA�ritiA?re, qu’elle a prise sous son aile, permet A� cette tradition de persister au travers d’une toute nouvelle gA�nA�ration. Grace apprend cette technique toute en finesse, uniquement transmise aux vA�ritables descendants mambabatoks. Symbole de la fiertA� des guerriers ou marque de beautA� des femmes Kalinga, la jeune tatoueuse a appris parmi de nombreuses archives, A� recrA�er tous les anciens designs Kalinga.

PratiquA� au Batok, une technique qui consiste A� faire pA�nA�trer l’encre sous la peau grA?ce A� une longue A�pine tapotA�e A� une vitesse de prA?s de 100 coups par minute, le tatouage Kalinga est nA� il y a un millA�naire. Pour le moins douloureux il n’a pas empA?chA� de nombreux touristes de vouloir tester leur A�A�self-controlA�A�. Apo Whang-Od le souligne d’ailleurs dans le documentaireA�: pour le village, il est important A� la fois de garder cette tradition mais aussi de faire revenir les touristes dans ce village perchA� de la magnifique CordillA?re au nord du pays.

A�A�The Last MambabatokA�A� court-mA�trage documentaire rA�alisA� par Brent Foster, dA�montre l’importance de faire perdurer cette tradition pour toute la communautA�. Cette histoire qui se place au cA�ur de la notion d’A�A�hA�ritageA�A� est partie intA�grante du projetA�: A�A�While I’m Here The ProjectA�A� oA?, Brent Foster le rA�alisateur et son A�quipe, racontent l’histoire d’hommes et de femmes aux vies extraordinaires afin de documenter un patrimoine vivant inconnu.


 

InformationsA�:
www.whileimheretheproject.com

whang-od-mambabatok-A?DR

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest