Les portraits de tatoueurs signés « Desert Ink »

UNEdesertink

La série photographique « Desert Ink » de Jonathan May raconte en image le quotidien d’anciens membres de gangs reconvertis en tatoueurs. Une fois sortis de prison, les artistes du shop « Art and Ink » ont préféré manier le dermographe plutôt que les armes. Jonathan May a eu le privilège de capturer l’intimité de Chip et de son crew dans le désert Californien. Une série photos noir et blanc rendue visible au traditionnel Leica.

C’est en accompagnant un ami se faire tatouer en mémoire de sa défunte mère que Jonathan May découvre le studio « Art and Ink« . Son ami souhaite se faire encrer des mains priant avec un chapelet, on lui conseille alors les artistes mexicains d’ « Art & Ink« , shop de tattoo situé à Coachella, en Californie.

Jonathan découvre l’histoire de ces repentis récemment sortis de prison par un autre ami, Bill. Il lui explique que Chip et son crew d’artistes ont souhaité fonder le shop « Art & Ink » pour échapper au cercle infernal des gangs et ainsi trouver un nouvel exutoire : l’art du tatouage. La prison aura été une forme « spéciale » d’apprentissage pour ces tatoueurs.

Fasciné par le passé de ses membres, Jonathan décide de capturer le quotidien de cette fraternité mexicaine. Les clichés ont su saisir le paradoxe de ces « repentis » qui ont conservé toute l’attitude des chicanos : voitures et vélos « Lowriders », pit-bulls et armes à feu.

Des photos surprenantes mais pour le moins léchées. Jonathan explique dans une interview au « Smith Journal » que si ces anciens criminels de gangs ont décidé de changer de vie, ils sont stigmatisés par leurs tatouages de gang. C’est une des raisons pour laquelle, ils restent armés.

ART & INK TATTOO STUDIO
51645 Harrison St
Coachella, CA 92236

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest