Le 10e art à la rencontre des détenus de Réau

976px × 740px – une JLM(3)

Texte : Lauriane Mustacchi / Visuels : musée du quai Branly-Jacques Chirac

Souvenez-vous : en 2014, le musée du quai Branly-Jacques Chirac ouvrait l’exposition Tatoueurs, tatoués, qui a connu un très grand succès au cours des 18 mois où elle a accueilli des visiteurs du monde entier. Cette réussite sur le thème du 10e art s’est poursuivi entre les murs de la prison de Réau.

Le musée assure autour de chacune des expositions qu’il propose, sa mission d’intérêt général d’accès à la culture pour toutes et tous, et notamment pour les personnes n’ayant pas la possibilité de se rendre au musée. C’est dans cet objectif qu’a été créé un partenariat avec le centre pénitentiaire de Réau (Seine-et-Marne) afin de mettre en place un programme de rencontres et d’activités pour les personnes détenues au centre, hommes et femmes.

Le partenariat s’est enrichi avec La Rutile, une association spécialisée dans l’éducation populaire artistique. La collaboration a rendu possible la création d’une équipe artistique voulue la plus multiculturelle possible. Cela s’est ressenti dans le programme proposé : très riche, il a permis d’aborder le thème du tatouage via différents spectres, tous plus enrichissants les uns que les autres pour les participantes et participants.

C’est par un cycle de rencontres sur l’histoire du tatouage animé par Pierre-Yves Belfils, du quai Branly, que le projet a débuté. À partir d’une quarantaine de livres issus des collections de la médiathèque du musée, des thèmes aussi variés que les femmes tatouées des side-shows, la « bousille » dans les bagnes, les pin-ups américaines et les motifs tribaux de Nouvelle-Calédonie ont pu être abordés.

Cela s’est poursuivi grâce à la comédienne Sara Darmayan et au musicien Flavien Ramel, qui ont animé des séances de lecture en musique avec les participants, toujours sur le thème du tatouage. De nombreux détenus ont choisi de rédiger leurs propres textes, souvent très personnels et d’une qualité telle que ces séances ont ensuite donné lieu à un concert au sein du centre pénitentiaire et à la réalisation d’un CD (extraits à écouter).

Enfin des artistes tatoueurs ont pu intervenir au cours de trois étés successifs, toujours accompagnés de conférencières du musée, qui pouvaient élargir le thème aux cultures extra-occidentales et aux collections du musée. Dr Lakra, puis Moolinex avec Sol Chicoacen Acatzin ont initié les ateliers la première année, puis ont été accompagnés de l’artiste et pédagogue Gorellaume l’année suivante. Le 3e cycle a été animé par Sol, le dessinateur Dav Guedin et les tatoueurs Liam Sparkes (du studio Old Habits Tattoo à Londres) et Romain Pajera (du studio Hand in Glove à Paris).
Le principe était pour les participants de consulter la sélection d’ouvrages que le musée avait apportés sur le thème des tatouages, pour identifier ceux qui leur étaient les plus évocateurs, et de s’en inspirer pour produire leurs propres dessins. Ils ont eu pour cela recours au calque, à la copie, au dessin à main levée, à l’assemblage de motifs, etc.
Sur l’ensemble de ce projet d’ateliers de dessin, une cinquantaine de détenus ont pu participer et produire au total plus de 300 dessins, dont certains sont de très grande qualité. À tel point que les artistes ayant animé ces ateliers ont travaillé à la constitution d’un livre remis aux participants.

La réussite du programme se ressent dans les retours des participantes et participants : « Merci à vous, cette découverte est fantastique », « Merci de m’avoir offert un peu de liberté et d’expression à travers le tatouage. », ou encore « J’ai appris beaucoup, tant sur les textes que sur la lecture que sur moi-même. », sont autant de témoignages recueillis et qui rendent compte de l’apport tant de la culture du tatouage, que des professionnels, pour les personnes détenues.
Pour trois des participants ce projet culturel débouche sur un parcours d’insertion professionnelle : ils ont pu bénéficier d’une formation sur les métiers et les techniques du tatouage, et pourront poursuivre leur apprentissage à leur sortie de détention.

affiche restitution Réau

affichePakito

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest