Pierre Oked : Faire du lettrage un style à part entière

PIERRE – une JLM(3)

Texte : Lauriane Mustacchi // Photographies : ©Slaine Grew & ©Pierre Oked

Tatoueur dans le shop de Tin-Tin, Pierre Oked travaille le lettrage sous une forme moderne. Il porte une attention particulière aux formes, courbes et ombrages qui constituent les graphies qu’il met sur peau, mettant ainsi en valeur le sens des phrases qu’il tatoue.

Pierre Oked a connu le tatouage très jeune aux puces de Saint-Ouen, où le père de l’un de ses amis se faisait tatouer ; plusieurs années plus tard il découvrira que l’artiste qu’il observait était Mikaël de Poissy !

Après un début de carrière comme directeur artistique dans une agence dédiée au luxe il souhaitera se spécialiser dans le tatouage. Il choisit l’apprentissage, et se voit encadré par deux des plus grands artistes français : Tin-Tin et Maud Dardeau. C’est en effet dans le shop de Tin-Tin, dans le 9ème arrondissement de Paris où il officie encore, que Pierre Oked a commencé.

Pour débuter, il touche à tous les genres. Très vite, les clients lui ont fait confiance, et il a pu définir son propre style dans les commandes qu’il recevait. Il progresse rapidement, tant grâce aux membres du shop, que grâce aux guests réguliers : Yannick de Nevers, Alix G, Brindi, Diego Moraes, Fabricio Melo, etc. Il s’est également inspiré de ses influences et expériences précédentes : Pierre avait découvert la grosse typographie pendant ses études de graphisme, et sa pratique du graffiti lui avait permis de travailler sur les lettres, les formes possibles, l’utilisation de graphies différentes et expressives.

Pierre souhaiterait voyager pour se nourrir d’influences variées, et profiter de cette liberté que lui offre son métier d’artiste. Il souhaiterait également découvrir la dorure et la peinture fine. Le travail de Dave A Smith, graveur verrier au Royaume-Uni, le fascine, et il souhaiterait s’en inspirer pour développer son art.

Également passionné par l’utilisation dans la peinture du clair-obscur par Caravage notamment, il a souhaité utiliser le contraste dans ses tatouages : le lettrage s’y prêtait à merveille. Il a très vite aimé la rigueur imposée par le style, mais ne s’est jamais forcé pour autant à travailler au millimètre près. Il a alors fait de ce style sa marque de reconnaissance : peu pratiquée par les artistes à grande renommée, la typographie reste une demande récurrente de la part des clients ; Pierre a souhaité s’approprier ce style. Pari réussi ! Grâce à son influence, le lettrage a gagné en noblesse dans le 10ème art. La précision de ses traits est également remarquable dans les dessins qu’il tatoue, qu’ils s’associent à une écriture ou constituent une pièce à eux-seuls.

C’est au Mondial du tatouage 2017 que son style a été reconnu par les plus grands. Dans les mois qui ont suivi il a eu la possibilité de tatouer 14 bras et 1 jambe en typographie ; à chaque commande, les phrases étaient demandées par les clients eux-mêmes. Pierre travaille en stencil et en freehand afin d’adapter au mieux la demande des clients à son style, en prenant en compte des éventuels vétos.

Toujours désireux de progresser grâce à l’influence d’artistes qu’il admire, Pierre est régulièrement en guest chez Maud Dardeau, Léa Nahon, Fabricio, Brindi ou encore Diego Moraes.


Facebook / Instagram

jeter l encre-photographelifstyle-paris-ile de france-tatoo-portrait-tatouage-mondial du tatouage-photographe-villette-15 (2)

jeter l encre-photographelifstyle-paris-ile de france-tatoo-portrait-tatouage-mondial du tatouage-photographe-villette-13 (2)

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest