Peau d’encre, une fable impertinente

peau d'encre – une JLM(3)

« Peau d’encre, un conte pour adultes » d’Antoine Paris annonce bien la couleur. Il y est effectivement question de tatouage, mais aussi d’une vie traversée par les embûches. On est loin du conte de fées et c’est le but. Cet ouvrage s’apparente plutôt à une sorte de fable mettant en scène la vie d’un anti-héros.

Sans prénom ni identité bien définie, ce Candide des temps modernes commence mal sa vie en naissant dans une poubelle. Trouvé par hasard par le Père Noël, il a une particularité : son corps est tatoué de la tête aux pieds. S’ensuit des aventures rocambolesques et psychédéliques peuplées de tous les vices et de fulgurances spirituelles.  La vie de cet homme est tout à fait singulière.

Le personnage est décrit par Antoine Paris avec beaucoup de tendresse. Tour à tour drôle et émouvant, le récit nous emporte dans cette douce absurdité de la vie. En faisant le choix d’une seule illustration par page, l’auteur laisse la part belle aux vides, aux lignes noires et aux aquarelles. Les couleurs sont savamment orchestrées et posées de façon faussement aléatoire. Artiste peintre et performeur, Antoine Paris s’éloigne provisoirement des galeries d’art internationales pour nous proposer son premier livre.


Peau d’encre / Eidola Editions / 32 pages / Format 16 x 22 cm / 10 €

double1

double3

double2

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest