Pauline Tabur : « le tattoo juste en noir a le mérite d’être efficace et c’est ce que j’aime. 

paulinetabur

Acharnée de travail, Pauline Tabur, est jeune dans le tatouage mais porte son ambition à bout de bras. A 29 ans, la Bretonne manie un old school japonisant au sang bleu…encré. Sombre, son univers rempli de masques japonais trash. Normal, à Nuevo Mondo, on explore le japonais comme le traditionnel. Si découvrir différents styles lui met la main à la pâte, elle dit s’être lancée dans le tatouage pour « rencontrer de nouvelles personnes tous les jours ». Une démarche qu’elle entreprend en dessinant.

D’abord inspirée par un style graphique et dot. L’univers de Jean-Luc Navette et l’illustration lui parlent : « le tattoo juste en noir a le mérite d’être efficace et c’est ce que j’aime. » Puis ses années de travail aux côtés de tatoueurs de renoms, l’ont fait mûrir et acquérir plus de passion pour la couleur : « j’ai eu l’occasion de bosser avec Amy Mymouse qui fait du cartoon très coloré, elle m’a filé plein de conseils. J’ai appris à aimer la couleur ». Encore à ses prémices, elle se lance peu à peu dans un style japonisant qu’elle approche depuis son apprentissage auprès de Dago (Nuevo Mondo). «  Je m’inspire beaucoup des estampes japonaises et en particulier celles de Yoshitoshi qui poussent le sujet de la violence assez loin. J’aime les codes couleurs bleu et rouge, on le retrouve constamment dans ce registre ».

Fier de sa tatoueuse, Dago n’a de cesse aujourd’hui de vanter sa protégée comme ayant mérité à la sueur de son front. « Dago ne fait pas dans « le chichi », ça m’a appris à virer toutes les informations de trop sur un dessin, et à aller à l’essentiel » explique Pauline. Le shop où elle s’épanouit encore aujourd’hui propose un travail d’équipe entre t-shirts, affiches sérigraphiées, vernissage et ventes d’artwork. Si le flash l’attire, c’est c’est parce qu’il lui permet de toucher à différents styles et de construire et comprendre une même logique au moment de tatouer. Avec son côté « garçon manqué », Pauline est donc loin des clichés girly. Son truc ? Brouiller les pistes. Qui pourrait deviner l’artiste qui se tient derrière ces lignes simples et efficaces ? Une étoile, prête à briller.

Pauline Tabur  blog : http://poinepoine.blogspot.fr

COUVERTURE

Cassez votre tirelire. Du 19 au 25 octobre 2014, le shop de Pauline et Drago : Nuevo Mondo accueille Jota Esteban (Electric Tattoo Barcelona). Un guest exceptionnel et l’occasion d’ouvrir ses portes pour ce shop qui propose un dimanche façon brunch tattoo pour découvrir le travail de Jota mais pas que. Pauline et Dago proposeront alors leurs artwork et dessins en vente.

Portes Ouvertes Nuevo Mundo // Dimanche 19 octobre à partir de 14H // 170 avenue Pasteur Bagnolet

Métro Ligne 11 – Mairie des Lilas

Jota Esteban // Electric Tattoo – Barcelona // Guest Paris – Nuevo Mundo – du 19 au 25 octobre

Contact RDV : dagoelzamo@gmail.com

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest