A�A�L’idA�e forte qui m’anime c’est l’A�galitA� au sens largeA�A�

olivier-portrait

Militant depuis l’adolescenceA�Olivier s’est rapprochA� de la ligue communiste rA�volutionnaire avant de clairement passer ses journA�es A� frapper le bitume et lever le poing avec des militants libertaires. Co-fondateur de l’Action Anti-fasciste, il prend part A� l’organisation d’une manifestation en mA�moire de la mort de ClA�ment le 7 juin prochain. En opposition A� l’extrA?me droite A�A�en tout lieu et en tout temps, dans la rue ou ailleursA�A�, portrait d’un militant tatouA�.

A�A�Si tu penses pouvoir uniquement affronter l’extrA?me droite A� coups de bulletins et de dialogues, tu te fous le doigt dans l’A�ilA�A�, s’exclame Olivier au bout d’une heure de discussions enchevA?trA�esA�de dA�bat et de regards sur l’actualitA� politique. Le jeune homme de 28 ans, A�ducateur formateur en banlieue sud depuis 10 ans, devient militant par la force des choses dA?s lors qu’il s’intA�resse A� la musique. A�A�Je fais partie d’une gA�nA�ration qui a vu en 2002, Le Pen au deuxiA?me tour. Et j’avais 14 ans, confie-t-il, c’A�tait un chocA�!A�A�. L’envie de rA�bellion et sa famille, issue de gauche vont guider son adolescence vers le radicalisme.

2013-05-23-19.25.47

A�A�Dans ce climat, l’extrA?me droite de rue s’est organisA�eA�A�.

Rapidement il fait son chemin et s’oriente vers des mouvements libertaires organisA�s. Il se dirige vers un certain radicalisme et fonde son engagement dansA�: A�A�la lutte contre l’extrA?me droiteA�A�. Le SCALP contribuera A� sa formation avant de le laisser pour devenir l’un des crA�ateurs de l’Action Anti-Fasciste en rA�action, analyse-t-il, A� un creux connu par le mouvement. A�A�dans ce climat, l’extrA?me droite de rue s’est organisA�eA�A�.

Une crA�ation qui coA?ncide, en 2008, avec les affrontements de tribunes opposA�es au parc des Princes et sera mis sous le feu des projecteurs mA�diatiques lors de la mort de ClA�ment, militant, dA�cA�dA� d’un acte de violence de l’extrA?me droite, l’an passA�. Olivier alors porte-parole, est aux premiA?res lignes pour rA�pondre aux mA�dias et aux politiquesA�: A�A�lors de la mobilisation, on a demandA� qu’il n’y ait aucun drapeau, explique-t-il, la mA�moire de ClA�ment n’appartient pas A� l’action anti-fasciste mais A� tous ceux qui ont A�tA� touchA� par sa mortA�A�.

Le 7 juin prochain sera l’occasion de commA�morer sa mA�moire, A�A�car si ClA�ment a A�tA� tuA� c’est qu’il A�tait un militant anti-fasciste, rappelle-t-il. ClA�ment est un symbole mais on ne veut pas en faire un martyr. Ce que l’on veut direA�: c’est mobilisez vous contre l’extrA?me droiteA�A�. Dans cette quA?te ardue, le jeune homme, dA�tachA� de l’Action Antifasciste, prA�voit de poursuivre sa pensA�e dans le chemin de la politique, carA�: A�A�dans n’importe quelle sociA�tA�, si on ne rA?gle pas les problA?mes sociaux et les inA�galitA�s, l’extrA?me droite progresseA�A�, analyse-t-il.

A�A�Je ne suis pas un adorateur de culture tattooA�A�

Son rapport au tattoo vient d’un milieu ultra undergroundA�: skinhead, punks et rockab se cA?toient, tout comme militants lambda. Les premiers tattoos qu’il voit sur ses potes sont des tatouages marquant un phA�nomA?ne d’appartenance A� culture rock. Faba et ses tattoos clandestins aux tracA�s old school peuplent les bras de son entourage antifaA�: A�A�le fait que ce soit mal vu ne me dA�range pas, j’ai pas de complexe avec A�aA�A�. Son premier tatouageA�? Il le doit A� Laura Satana. Du pur chicanos, en noir et gris, iconique du style de la tatoueuse parisienne. RA�alisA� un an aprA?s la mort de sa mA?re, le tatouage percute, mettant en avant une femme avec une mitraillette il symbolise pour le jeune homme toute la colA?re qu’il avait en lui A� cette pA�riode. A�A�Je voulais en faire quelque chose de positif, reprA�senter que la vie est un combat par cette femme avec une arme car le contraste entre les deux A�tait intA�ressantA�A�, raconte Olivier avant de dA�signer le lettrage de Laura Satana qu’il a souhaitA� arborer sur son avant brasA�: A�A�LibreA�A�.

A�A�Je ne suis pas forcA�ment adorateur d’une culture tattoo, je le fais pour moiA�A� confirme-t-il. Sur l’intA�rieur de son avant bras, cette fois c’est une fine caravelle qui se dessine dans les vagues aux coloris faA�on gouache. Un tatouage de Rude, Rue Keller A� Paris. A�A�J’aime bien ce tatoueur car il est un peu en dehors du circuit et c’est un mec sympaA�A�, confie le tatouA�. Olivier espace la plupart de ses piA?ces de plusieurs annA�es. DerniA?rement il a rA�alisA� en IndonA�sie sa derniA?re piA?ce, sur l’aine. Dans un style asiatique trA?s colorA�, Olivier a donnA� carte blanche A� ce tatoueur : Adit entre Bali et Sanur. Un artiste qu’il recommande aujourd’huiA�: A�A� j’ai vu un ami A� moi revenir avec une manchette sublime. Au dA�but je n’A�tais pas rassurA� de me faire tatouer en IndonA�sie. Mais ce mec est propre et tatoue bien. J’y suis allA�, il A�tait un peu A� l’ouest mais son travail est parfaitA�!A�A�. En lui donnant carte blanche, Olivier rA�alise son 7A?me tattoo en 8 heures au total. Sa peau tannA�e alliA�e A� ce style asiatique rappellent une passion qu’il partage avec cet artA�: l’ouverture sur l’autre.

manif 7 juin

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest