Mors, dans la lignA�e des icA?nes du traditionnel

mors – une JLM(3)

Photographie : SA�golA?ne AccariA?s / Visuels : Mors

FranA�ais frontalier da��origine, Mors est tatoueur A� la Main Bleue, cA�lA?bre shop belge de Saint-Ghislain. Il a grandi dans un petit village du Pas-de-Calais avant de venir faire ses armes A� Lille pour apprendre le mA�tier. FidA?le descendant des prA�curseurs du traditionnel amA�ricain, cet artiste leur rend hommage en respectant les rA?gles de ce style fondateur et en y apposant sa marque de fabrique. Rencontre avec ce tatoueur qui sillonne la��Europe.

Quel est ton parcours dans le tatouage ?

A� vrai dire, ja��ai dA�butA� assez tardivement comparA� A� certains : ja��ai 30 ans et ne tatoue que depuis 4 ans. Ja��ai toujours eu envie de tatouer, tout en pensant que je ne le mA�ritais pas, que ca��A�tait rA�servA� A� une minoritA� de personnes qui possA�daient un vrai talent artistique. Le tatouage est devenu une vraie passion plus ou moins durant la pA�riode oA? ja��ai dA�couvert le rock et le mA�tal. A� cette A�poque, les seules personnes recouvertes de tatouages que je pouvais observer A�taient les membres de groupes dans les magazines, et en tant que gamin, A�a ma��a forcA�ment marquA�.
Ja��ai eu mon premier tattoo A� 18 ans, et na��ai jamais arrA?tA� de me faire encrer depuis. Ja��ai rA�alisA� que ca��A�tait ce que je voulais faire, et que ja��en A�tais capable. Ca��A�tait durant la pA�riode oA? ja��ai habitA� A� Lille et rencontrA� Suzan Grimm. Il a A�tA� la premiA?re personne A� me donner un dA�but de culture, en me faisant dA�couvrir le travail de Chris Dettmer (The Black Hole tattoo, Hambourg DE) par exemple et tout le tatouage traditionnel amA�ricain en gA�nA�ral. Ja��ai passA� pas mal de temps A� zoner dans son shop, A� le regarder travailler, fouiller dans sa bibliothA?que et dA�couvrir comment fonctionnait une boutique. Par la suite, ja��ai commencA� A� tatouer par moi-mA?me, en me dA�brouillant, en voyageant pour me faire tatouer et voler deux-trois conseils par-ci par-lA�, et en faisant mes premiers tatouages sur ma peau. Pas le chemin le plus facile, mais A�a ne vaudrait pas la peine si A�a la��A�tait non ?

Image1

Tu as un style old school traditionnel, comment as-tu choisi de te spA�cialiser ?

Je na��ai pas rA�ellement choisi de me spA�cialiser, ja��ai juste toujours dessinA� le type de tatouage qui me parle et que je porte. Ja��ai toujours A�tA� passionnA� par le traditionnel, ses rA?gles et son histoire. Les lignes A�paisses, les ombrages en noir pur, les couleurs vives et solides. Ca��est le type de tattoo que ja��apprA�cie le plus : puissant, lisible, propre, un peu A� la maniA?re da��un sticker.

Les couleurs sont harmonieuses, est-ce quelque chose da��important pour toi ?

Je ma��applique A� suivre les rA?gles du traditionnel, tout en me laissant une certaine libertA�. Mon but est avant tout de faire des tatouages les plus propres possible, qui cicatriseront bien et dureront dans le temps. Ja��essaie ensuite da��y apporter ma petite touche personnelle, sans forcA�ment essayer de A� rA�inventer la roue A�. Mon but na��est pas da��A?tre innovant ou de faire le A� buzz A�, mais juste de mettre un peu de moi-mA?me dans chacun de mes tattoos. Si on arrive A� reconnaitre mes boulots en un coup da��oeil, ca��est une victoire en soi !

Quels sont justement les artistes qui ta��inspirent ou tes mentors ?

Ja��ai A�normA�ment de sources da��inspiration, et ce serait bien trop long de tout citer. Pour faire simple, A�a peut aller des grands tatoueurs classiques comme Sailor Jerry, Cap Coleman, A� toute la scA?ne traditionnelle actuelle, comme le gang des SOOS (Pedro, Joel Madberg, Dane Mancini, Jelle, Sam Ricketts, etc.).
La Main Bleue ma��a beaucoup apportA� A� ce niveau-lA�, autant A� la pA�riode oA? je ma��y faisais tatouer rA�guliA?rement, que maintenant alors que ja��y travaille. Ja��y ai rencontrA� A�normA�ment da��artistes dont ja��admire le boulot, dont certains sont mA?me devenus des amis qui continuent encore A� ma��influencer, comme Tom Flanagan, Matt Cooleya�� et tant da��autres.

Est-ce que tu te dA�places souvent lors de conventions ou de guests ?

Depuis mes dA�buts, ja��ai passA� pas mal de temps sur la route, A� aller de guests en guests, et aussi en convention. Ca��A�tait impA�ratif au tout dA�but pour pouvoir me faire des connaissances A� droite A� gauche, et A�a la��est toujours autant maintenant. Comme ca��est la meilleure des maniA?res de faire voyager mon travail, rencontrer da��autres tatoueurs et pouvoir tatouer des personnes qui na��auraient pas forcement la possibilitA� de se dA�placer en Belgique.
Voyager est un des gros avantages de ce mA�tier, et dA�finitivement un des cA?tA�s qui me plait le plus. Ja��ai pas mal fait le tour de la France A� une certaine pA�riode, et dA�sormais ja��essaie de me concentrer le plus possible vers la��A�tranger, que ce soit partout en Europe ou mA?me vers le continent amA�ricain.

Quels sont tes projets ?

Faire de meilleurs tattoos, ne pas arrA?ter da��apprendre, peindre plus souvent et continuer A� voyager avec ma moitiA� Iris Lys (allez checker son boulot, ca��est la meilleure !).


Facebook / Instagram

A�

tattoo 2

tattoo 4

tattoo 6

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest