Max Newtown – Le tatouage comme “langue universelle”

Co-gérant de Bisous Bisous, à Paris, Max distille dans ses flashs de traditionnel américain un élan moderne presque pop. Visages féminins, cœurs et toiles d’araignées s’entre-mêlent pour réinventer à sa sauce (piquante) des classiques du genre. 

tattoo flash, tattoo flash sheet, jeter encre magazine, max newton, bisous bisous paris, tattoo shop, femmes, visages, snake

Max, grandit artistiquement dans le milieu du graffiti. Le tattoo il le pratique depuis trois ans. Il passe par Berlin au studio Unikat, avant d’arriver à Nuit Blanche à Paris en guest avant d’y être résident. Chez Mémé, il finit par intégrer l’équipe avant de reprendre la boutique, lorsqu’ Armelle Stb et Rion (son mentor), mettent les voiles, Chez Mémé devient Bisous Bisous depuis l’été dernier. L’ambiance, elle n’a pas changé. 

“Dans mes flashs j’espère surtout m’amuser et amener quelque chose”, funs, anodins presque insolents, ses flashs colorés, raniment les motifs old school américain. Coeurs enflammés, visages féminins placides sont révélés par des dominantes rouges, intense. C’est ses amis du graffiti et du milieu du BMX qui l’introduisent au tatouage.

tattoo flash, tattoo flash sheet, jeter encre magazine, max newton, bisous bisous paris, tattoo shop, portrait, visages, old school, traditionnel américain

Dans le graffiti, l’influence de gens comme Fuzi Tattoo (@fuzi_tattoo, @fuzi_graffiti), lui font faire le lien avec le tatouage. Graphiquement, il se trouve limité avant de découvrir très vite le traditionnel américain. L’impact de ce genre l’attire et plus encore, la technique, les lignes épaisses et aplats. Son intérêt grandit et Max se le ré-approprie dans le but de faire évoluer chaque motif. Son rapport au tatouage ne se base pourtant pas uniquement sur l’esthétisme graphique.

Le jeune tatoueur, aime à se rapprocher de sa clientèle et cette relation qui se retrouve dans l’engagement que génère le tatouage. Le tatouage, il ne le considère pas comme un bien de consommation comme un autre, mais un engagement fort. “Ce que j’aime c’est quand quelqu’un se reconnaît dans ton flash, ça créé un échange de dingue”. Le rapport intime lié à l’acte de tatouer entre le client et le tatoueur est un aspect du mètier qu’il aime à conserver. Un échange unique au travers du tatouage, devenu une sorte de “langue universelle”.

@bisousbisousparis

@maxnewtontattoo

maxnewtontattoo@gmail.com

tattoo flash, tattoo flash sheet, jeter encre magazine, max newton, bisous bisous paris, tattoo shop
tattoo flash, tattoo flash sheet, jeter encre magazine, max newton, bisous bisous paris, tattoo shop
tattoo flash, tattoo flash sheet, jeter l'encre magazine, max newton, bisous bisous paris, tattoo shop,