Mariette, le point de croix dans la peau

mariette – une JLM

Texte : Stefayako / Visuels : Mariette

Mariette, jeune femme de 32 ans, maman da��un petit garA�on, est gA�rante du tattoo shop Turbo ZA�ro depuis six ans A� Nantes. Sa passion pour le point de croix depuis le plus jeune A?ge est devenue sa marque de fabrique identifiable dA?s le premier coup da��A�il. NA�e A� Paris mais bretonne da��adoption depuis la��enfance, elle a A�tudiA� aux Beaux-Arts de Rennes avant de venir poser ses valises A� Nantes.

Son entrA�e dans le tatouage ne se fait pas immA�diatement. En 2011, Mariette lance avec son ami et tatoueur Rocky ZA�ro, le tattoo shop Turbo ZA�ro A� Nantes. Elle sa��occupe de la gA�rance, lui des tatouages. De fil en aiguille, le shop se dA�veloppe, embauche des tatoueurs rA�sidents, accueille de nombreux guests et organise environ quatre expositions par an, principalement da��illustration (LA�a Nahon, Freak City y ont A�tA� exposA�s par exemple).

Mais pourquoi le point de croix ? A� Ja��en faisais depuis des annA�es, des tatoueurs ma��ont dit da��essayer car personne ne le fait et je ma��y suis mise un jour, ja��ai A�tA� super bien accueillie par le milieu car je na��ai piquA� le boulot de personne. A� Sa clientA?le ne vient pas par hasard mais la choisit consciemment, des personnes peu tatouA�es ou au contraire des collectionneurs. Pratique qui peut paraA�tre dA�suA?te, le point de croix est une activitA� crA�ative que Mariette a hA�ritA�e de sa mA?re lorsqua��elle A�tait petite, avant de sa��y remettre lors de ses A�tudes aux Beaux-Arts. Avec une charte graphique rouge et bleue identifiA�e et assumA�e, elle sa��inspire principalement de livres de broderie, pour rA�interprA�ter et simplifier les motifs : A� comme les mecs qui font du traditionnel et se servent des flashs de Sailor Jerry A�. Elle aimerait da��ailleurs encrer de plus en plus de frises, de patterns qui sa��adaptent au corps et aux autres tatouages prA�sents sur la peau. Cette jeune maman choisit avec prA�caution ses guests et conventions (Hellfest en juin et Playa Tattoo Club en aoA�t) pour ne pas trop sa��A�loigner de sa famille. Ca��est toujours la��occasion de faire connaA�tre son travail, de proposer de nombreux petits flashs et de rencontrer da��autres artistes.

Pour Mariette, tatoueuse est un mA�tier trA?s A� la mode, comme les graphistes A� une certaine A�poque. La dA�mocratisation du tatouage est dans ce sens une bonne chose car elle permet de dA�couvrir de nouveaux talents, comme le sien. A� Les a�? vieux de la vieille a�? se sont toujours battus pour que le mA�tier soit reconnu A�. Selon elle, les plus motivA�s resteront. Au Mondial du tatouage par exemple, le niveau da��excellence est tel que cela permet de tirer la bourre pour tous. Les clients sont A�galement plus A� la��A�coute qua��avant, ils font davantage confiance, signe que le mA�tier bA�nA�ficie de plus de reconnaissance dA�sormais.

Quant au shop, aprA?s 6 ans, Turbo ZA�ro est devenu un lieu incontournable A� Nantes. DA?s la��ouverture, le duo dA�cide de lancer une dynamique de guests, peu courante A� Nantes, et accueille un premier invitA� de choix : Joey Ortega. DA�sormais, le salon reA�oit une dizaine de demandes par mois, et sA�lectionne des artistes plus proches de la��ambiance graphique qui y est installA�e. La��A�quipe actuelle se compose de 4 tatoueurs rA�sidents : Moonkey, Victor BP, Dwam et Mariette. Junior y tatoue aussi rA�guliA?rement en guest, et da��autres tel Julie la Buse.

Facebook /Instagram

F1

F4

F5

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest