Lurch et son détournement du quotidien

lurch – une JLM

Texte : Stefayako / Photographies et propos recueillis par : blast

Lorrain d’origine, Lurch a mené des études de sociologie à Nancy. Bien que ses études le passionnaient, l’opportunité de travailler dans le tatouage se présenta, offre qu’il ne put refuser. Sa rencontre avec l’équipe « De l’Encre et des Trous » et plus particulièrement avec l’Andro Gynette a été plus que décisive. Il s’inspire du surréalisme pour créer des combinaisons improbables et farfelues, mêlant allégrement animaux et objets du quotidien.

Comment es-tu arrivé dans le tatouage ?

Je suis arrivé dans le tatouage de façon plus ou moins inattendue car je ne me destinais pas du tout à cela. A vrai dire je poursuivais des études sans vraiment savoir quel en serait l’aboutissement !

C’est en me faisant tatouer à Nancy (chez « De l’Encre et des Trous ») et en y réalisant des enquêtes de terrain dans le cadre de mes études que j’ai sympathisé avec l’équipe qui y bossait. Et finalement, je me suis retrouvé à travailler là-bas en tant qu’apprenti.

J’ai donc été formé par Ergo. J’ai beaucoup appris au sein de ce shop, notamment en termes d’hygiène et de dessin grâce à Jérôme, Anne, Djezo et Bérengère. Je les en remercie tous d’ailleurs !

Au cours de cette formation j’ai rencontré l’Andro Gynette qui m’a apporté son soutien et son savoir faire, ce qui m’a également permis de vite progresser en termes techniques pour le tattoo et le dessin. Je ne la remercierai également jamais assez pour tout cela.

Qu’est-ce qui t’inspire en général ?

L’univers du mouvement surréaliste, que l’on retrouve entre autres chez des artistes comme René Magritte, Paul Journet et Vladimir Kush.

Je m’intéresse également beaucoup à des artistes qui détournent des objets du quotidien comme Jacques Carelman, Nancy Fouts, Giuseppe Colarusso ou encore Paul Fuentes.

Ce qui me plaît également dans le tatouage c’est de revisiter des classiques. J’aime beaucoup l’art Chrétien et l’iconographie religieuse.

Vous venez de vous installer à Nantes, L’Andro Gynette et toi. Pourquoi ce changement ?

Dans un premier temps, je souhaitais rentrer en France et Nantes est une ville qui nous a plu à tous les deux. C’est une ville vivante et riche culturellement. Nous avons hâte de rencontrer les Nantais et de découvrir davantage cette ville !

Autre point super important qui a influencé notre choix, c’est le fait d’avoir un chouette groupe de potes qui bossent dans un shop de Nantes, le Sanctuaire Tattoo Shop. Nous allons rejoindre l’équipe composée de Bastartz, LeGuyt, SaturneVII et Kitch Kat. Ça va être vraiment cool !

Personnellement, j’ai besoin de bosser dans un shop, pour pouvoir faire des walk’in et travailler avec une équipe. J’aime l’émulation que cela peut créer.

Quels sont tes projets pour la suite ?

Pour la suite, l’objectif c’est de continuer d’apprendre et de progresser dans le tattoo et dans le dessin. Continuer de développer cet univers que j’essaie de créer.

Sinon j’aimerais également, pourquoi pas, commencer à faire des guests et de nouvelles conventions afin de mettre mon travail en avant et permettre de le faire connaître davantage.

Mais avant tout j’aimerais profiter de cette tribune que vous m’offrez pour remercier les personnes qui suivent mon travail et qui de fait participent à son évolution. Je remercie également mes clients, les courageux qui osent se faire tatouer mes idées farfelues et qui me permettent de vivre de ce métier qui est une chouette aventure.


Facebook / Instagram

IMG_2371

Processed with VSCO with b5 preset

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest