Louise – A�A�Je ne me vois plus sans mes tatouagesA�A�

UNE LOUISE


CrA�dit Photos : A�Vertie Photographies et A�Thomas Babeau

Elle aime les mA�chants de Disney, n’a pas vraiment de racines gA�ographiques mais son regard perce souvent l’objectif des photographes. Louise Blueregard est conseillA?re de vente et vient de finir son bras entier, tatouA� parA�Sacha Madewithlove. Si elle dit privilA�gier l’esthA�tique d’un artiste pour son tatouage a�� dans le dessin, Louise cache un rapport A� sa personnalitA�. Le rA�sultat est animA� de petits animaux et de mA�chants A� la Stephen KingA�!

A�A�Si je me fais tatouer, c’est que plus j’ en ai et mieux je me sens. Je ne me vois plus sans mes tatouagesA�A� assure la jeune femme, modA?le pour Solenne Jakovsky entre autres. Le modeling, elle en fait pour le plaisir sans jamais l’avoir axA� autour de ses tattoos. Elle assure qu’elle ne pourrait pas A?tre Suicide GirlsA�! Ce n’est pas son truc. Plus un hobbie d’ailleurs, A?tre modA?le professionnelle elle ne l’envisage pas carA�: A�A�trop petite A�.

Elle dA�barque par hasard dans la photographie pour aider une amie qui recherchait des visages A�A�funsA�A�. Aujourd’hui, plus sombre et mystA�rieuse, Louise s’avoue facilement un peu fragile, se dA�crit comme A�A�une bouteille d’OranginaA�A� physiquement et A�clipse avec ardeur toute popularitA� qu’elle trouve vite nA�faste.

Complexe, la jeune femme saisit les poses toujours plus expressives et fortes. Ses tatouages en sont de mA?meA�: jolis et vifs. Souvent plus pour le trait. Mais quoi qu’elle en dise, on peut en lire quelques aspects de sa personnalitA�.

louise, A�thomas babeau, ink, tattoos, inked girl,  inked,louise, A�thomas babeau, inked girl, tattoos, ink

Le dos de ses mollets est encrA� de papillons rA�alisA�s par Neal Panda (On the road), une ville de passage pour Louise, qui l’a profondA�ment marquA�e. La petite blonde aux yeux bleus est tatouA�e depuis l’adolescence, quand dA?s ses 16 ans elle se voit offrir un petit tatouage par sa mA?re. Il faut dire que l’encre est un dA�sir de femmes dans sa famille. Tante et mA?re sont dA�jA� tatouA�es et pour ses 16 ans, Louise qui voulait plutA?t un piercing, se voit rA�pondreA�: A�A�si tu veux je t’offre plutA?t un tatouageA�!A�A�. Chose promise chose dA�eA�! Car du point de vue maternel, le tatouage est un choix plus esthA�tique et plus discret.

Aujourd’hui, A� 23 ans, on constate que le conseil familial, a rA�ussi au delA� de la discrA�tionA�! Un raton laveur sur le bras, un renard rA�cemment et les chats siamois de la Belle et le Clochard…c’est une vraie animalerie que compte Louise sur son corps. Mais son premier tattoo lui, n’a rien A� voir avec ses plus rA�cents projetsA�: A�A�c’est une A�toile nautique, un symbole qui vieillit bien mais n’a pas vraiment de signification au dA�part. Il en a acquis une au fur et A� mesure des annA�es en tant que souvenir de cet anniversaireA�A�.

 

Un an plus tard, Louise part avec sa famille A� Tahiti, oA? elle dA�couvre une autre cultureA�:A�A�A� lA�-bas forcA�ment il y a une culture naturelle du tattoo. Ils n’ont pas le mA?me jugement, ce n’est pas un effet de modeA�! Ce n’est pas choquant pour eux de voir un tatouage sur le visageA�: c’est un art de vivre. Et d’ailleurs ma mA?re qui n’en avait que deux avant d’aller lA�-bas, s’y est fait un dos completA�!A�A�, confie-t-elle avant d’ajouterA�: A�A� les tatoueurs lA�-bas, tatouent plus de part leur culture que pour en vivreA�A�.

Si Louise peut avoir des traits d’une douceur porcelaine, elle a aussi profondA�ment en elle une certaine noirceur, quelque peu sarcastique. De quoi expliquer quelques tattoos comme ces deux hirondelles, rA�alisA�es A� TahitiA�:A�A�A� deux hirondelles dans le dos avec une banderole oA? est inscrit – liesA�A� ou encore ce diamantA�: A�A�il me rappelle que la libertA� n’existe pas tant que rien n’est A�ternelA�A�.

« Tu dois lui parler et lui raconter un peu ta vie, il choisit ensuite ce qu’il va encrer »

Pessimiste LouiseA�? Comme beaucoup, le tattoo fut aussi sa thA�rapieA�: A�A� j’ai fait beaucoup de mes tatouages durant une pA�riode triste de ma vie, ils me la rappellent et A� la fois ils m’aident A� me remA�morerque j’ai rA�ussi A� la traverserA�!A�A�, raconte Louise qui dA�crit aussi un lettrage sur son bras qu’elle a recouvertA�depuis : A�A�je pardonne, mais n’oublie jamaisA�A�. Une phrase qui marque des rancunes anciennes qu’elle se sent dA�sormais capable de dA�passer.

Jeune femme qui en fait 12 mais en a 23 – comme elle le signale – ses animaux tiennent tous d’un adjectif. Souvents esthA�tiques, ils rA�vA?lent aussi beaucoup d’histoires.

louise, ink, tattoos, inked girl

Comme cette raie (voir plus haut)A�, rA�alisA�e en PolynA�sie et rA�vA�lant une symbolique presque viscA�rale. Son tatoueur local dA�tient un processus uniqueA�: il dessine en fonction de ce qu’il ressent de la personne. A�A�Tu dois lui parler et lui raconter un peu ta vie, il choisit ensuite ce qu’il va encrer. Il m’a alors ditA�: je t’ai fait une raie car tu es un peu poissardeA�!A�A�. Une touche d’humour qui la sensibilise A� la relation tatoueur-client. A�A�Les tatoueurs aiment faire en fonction de leur client pour que tous les signes se raccrochent A� lui. C’est une idA�e qui m’a appris A� faire confiance au tatoueurA�A� explique Louise.

« J’ai pris A�normA�ment de temps, et surtout j’ai A�conomisA� afin d’A?tre sA�re de moi et de pouvoir finir ce projet entiA?rement « 

Un premier animal qui illustre une longue sA�rie. Son raton laveur sur le bras, lui symboliseA�: A�A�un animal imprA�visible, qui fait tout le temps des conneries – c’est un peu devenu mon surnom aussiA�! – Il y a cette idA�e de folie qui me ressembleA�, explique Louise. Le dessin fut rA�alisA� par ThA�o Rowley ancien de la maison des Tanneurs, A� Paris et l’aiguille est celle de Maxyne (Art Corpus). Son dernier en date est un chat A� tA?te de femme sur son bras gauche. Celui-ci n’a aucune symbolique particuliA?re, si ce n’est esthA�tique. Il vient complA?ter cette sorte d’obsession animaliA?re de la jeune femme.

20150219_Louise_0169 copie

AprA?s avoir passA� deux ans A� Tahiti et s’A?tre encrA�e au soleil (pas toujours bon pour ses tattoos avoue-t-elle), Louise vit son retour en France comme un choc. Un an ne suffit pas pour se rA�habituer au rythme de la mA�tropole. Le tatouage qui l’a suivit dA?s son adolescence s’A�clipse un peu. Son trait personnel se dA�voile alors. Loin de la pression de ses A�tudes d’art appliquA� puis celles de Design de produit, Louise crayonne, influencA�e par le Dot de ses tatoueurs. Elle illustre des objets incongrus. En utilisant l’aquarelle pour rassembler des femmes, des insectes et des fleurs.

A�A�Je ne veux pas confier un projet A� un tatoueur si A�a le fait chier a�� je prA�fA?re qu’il y prenne plaisirA�!A�A�

C’est en passant d’ Avignon A� Toulouse,qu’ elle recommence A� goA�ter du dermographe. Sacha alors en guest A� Bouzille de Luxe qu’elle contacte, puis Neal, spA�cialisA� en dot qui lui remplira ses papillons sur les mollets.

Vagabondant pendant un temps, de ville en ville, elle se dit plus attirA�e par l’esthA�tique de chacun que l’idA�e du tatouage en lui-mA?me. A�A�Quand le travail d’un tatoueur me convient, je cherche un endroit et ce qui pourrait me convenir ensuiteA�A�, raconte Louise, qui a rA�cemment fini son bras avec Sacha. A�A�Il a fait tout mon bras droit alors que tout est parti d’un premier rendez-vous que j’ai dA� annuler A� Toulouse. J’ai ensuite repris rendez-vous A� Paris. J’ai pris A�normA�ment de temps, et surtout j’ai A�conomisA� afin d’A?tre sA�re de moi et de pouvoir finir ce projet entiA?rement A� assure-t-elle. Tout en confiantA�: A�A�Je ne veux pas confier un projet A� un tatoueur si A�a le fait chier a�� je prA�fA?re qu’il y prenne plaisirA�!A�A�.

A�thomas bebeau, tattoos, ink, inked girl, neal panda,

Et ce fut le cas pour Sacha puisqu’une demi-manchette finira en bras entier pour LouiseA�! A�A�Les affinitA�s A�taient lA�A�!A�A� confirme-t-elle. Ce renard aux couleurs flamboyantes reprA�sente cette facette un peu peureuse mais rusA�e de Louise. Dans la composition, le tatoueur et sa tatouA�e ajoutent une pie et une biche rappelant ses fameux yeux bleus et l’aspect fragile mais sauvage de mademoiselle A�A�blueregardA�A�. A�A�Trois emblA?mes bien diffA�rents qui sa��entremA?lent au travers d’A�motions et d’un pattern – un peu kitchA�- mais qui rappelle les larmes de la bicheA�A�.

Avec ce nouveau bras, Louise modA?le dA�sormais de type A�A�trA?s tatouA�eA�A� et adepte de la couleur regarde dA�cline un peu son passA� pessimiste, en affirmant A?tre bien A�A� plus joyeuse qu’avantA�A�. Son prochain projetA�? Faire ses pieds par FatManu (Street Art family, Tours), dont elle trouve le style fouA�!


Louise tatouA�e par:

Sasha Made with Love
sachamadewithlove[a]gmail.com
Neal PandaA�-A�http://www.nealpanda.com/
ThA�o Rowley – @rowley_theo
Maxyne – Art Coprus

louise, A�thomas babeau, tattoos, inkedgirl

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest