La double vie de Miss Atomik

miss atomik - tattoo - rennes tattoo convention - 2015 - oldschool

blabla

Virginie aka Miss Atomik et Mikaël de Poissy se sont lancés un défi. Organiser à quatre mains, une convention de qualité à la renommée internationale. Alors que plusieurs magazines étrangers et français seront présents les 6 et 7 juin prochains, l’évènement instaure une notoriété qui a déjà soufflée de nombreux détracteurs possibles. Les deux tatoueurs ont explosé le budget pour offrir une nouvelle fois une convention de tatouage moderne et prestigieuse.

Tout est dans l’esthétique mais aussi la combativité. Retour sur des débuts où, la convention avait besoin d’un lieu. La plupart des salles rennaises leur claquant la porte, Miss Atomik, maligne, a fait appel à sa clientèle locale. Des joueurs de foots qu’elle tatoue, lui ont ouvert la voie du Stade de la Route de Lorient à Rennes, couvrant plus de 5 000 m2. Un lieu atypique où les salons privés et la moquette s’étendent sur deux étages. Là, où des tatoueurs du monde entier, se verront exécuter petites et grandes pièces sur la peau, le week-end prochain, à Rennes.

miss atomik - tattoo - rennes tattoo convention - 2015 - oldschool   miss atomik - tattoo - rennes tattoo convention - 2015 - oldschool

Tatouée par Mikaël de Poissy à 18 ans à peine, de dragons dans le dos, Miss Atomik, est devenue tatoueuse sur le tard. Agée de 42 ans et installée dans son shop de rennes, où il fait bon se faire encrer du old school, son cheval de bataille. Cette amie de longue date de Mikaël de Poissy, s’est mise au dermographe il y a dix ans. Fan de Kustom, des fifties et d’un univers vintage qui l’entoure, le traditionnel devient très vite son domaine de prédilection. « J’aime beaucoup le travailler, l’influence fifties était là déjà avec le mobilier et la musique, c’est aussi toute une esthétique, donc logiquement je me suis sentie attirée par cela. Je ne me serai pas vue partir vers le réalisme, car c’est un domaine où il faut de la patience ! Moi j’aime quand ça impacte et que ça rentre dedans ! » ajoute la tatoueuse, rappelant cette dernière expression, bien connue dans le milieu du traditionnel.

Organisatrice, maman, tatoueuse, Virginie dont les aplats sont vifs et le trait rigoureux, invoque la bonne humeur et surtout l’envie de partager sa passion au maximum. Après « plusieurs vies » et jobs, elle s’est mise au dermographe, par l’initiative de son concubin. Un autre défi qui ne l’a pas fait frémir car comme en témoigne souvent Mikaël de Poissy auprès des médias, avec Virginie, les choses les plus difficiles semblent faciles…

 

Organisant la Rennes Tattoo Convention depuis 10 mois, Virginie est aujourd’hui en bout de course. Car malgré tout le travail en amont :« ça ne dure que deux jours ! C’est un peu comme si je préparais mon mariage au final ». Virginie qui a l’habitude de voir ses confrères en convention se tatouer les uns les autres n’avait pas pu en profiter auparavant. Elle prendra sa revanche lors de cette édition en se faisant tatouer auprès de Shammus de Montréal. Lui et Vero, auteure de l’affiche de cette seconde édition, font partie des 90 tatoueurs annoncés. « Mais il y en a plein d’autres par qui j’aimerais me faire tatouer : Briko (Briko Tattoo, Lille) par exemple !».

« Couleur locale», la convention ne manque pas d’inviter à boire du Breizh Cola ou à manger des crêpes et des burgers bretons. Et encore une fois cette année, elle mettra le paquet et s’ouvrira même sur une danse en costume traditionnel. Des animations qui auront de quoi en dépayser plus d’un car le rendez-vous sera pour cette édition très « america latina », avec quatre tatoueurs mexicains, dont trois réalisant leur premier voyage hors de leur pays. «  Il paraît qu’ils sont un peu flippés », avoue-t-elle. L’argentin Luciano LTD sera également présent, tout comme les irréductibles gaulois : Tin-Tin, Alix Gé, Dino Vallely, Maud Dardeau et Bruno Kea. Une affiche que Mikaël de Poissy a soignée, proposant même aux trois tatoueurs gagnants du magazine espagnol Global Tattoos, de venir à la convention.

miss atomik - tattoo - rennes tattoo convention - 2015 - oldschool   miss atomik - tattoo - rennes tattoo convention - 2015 - oldschool

Si la bonne humeur de Miss Atomik risque de contaminer tout l’évènement, une chose est moins sûre, rentrer dans ses frais. « On a explosé le budget et on a quasiment aucune aide extérieure. On scrute la météo tous les jours, car si le temps change cela pourrait être une catastrophe pour nous », assure-t-elle.

Encrée jusqu’au bout des ongles, la tatoueuse, admet avoir toujours de la place :« ils sont justes plus petits », mais elle démarre aussi une pièce toute autre sur son dos. La jeune fille farouche, tatouée à seulement 17 ans, se ferra recouvrir son dos, par le même tatoueur qui les a réalisés, il y a vingt ans. Mikaël recouvre petit à petit sa propre œuvre par un trois mats. Jolie métaphore d’un tatouage moderne en éternel progression. La boucle est bouclée.



Miss Atomik Tattoo
– 192 rue de Nantes 35000 Rennes - Facebook
Rennes Tattoo Convention – Stade de la Route de Lorient – 6 et 7 juin 2015 – Billetterie ICI

© Lionel Beylot , miss atomik - tattoo - rennes tattoo convention - 2015 - oldschool

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest