Un phrasé signé l’Andro Gynette

img081b-2 - copie

Avec son aiguille affûtée, l’Andro Gynette encre des visuels percutants, soulignés d’un phrasé stylé et sarcastique.

Cette jeune tatoueuse est passionnée de dessin depuis toujours. Elle s’inscrit en première année de prépa dans une école de graphisme avant de se retrouver à servir des bières derrière un comptoir de bar. Finalement, elle franchit la porte de la Boucherie Moderne et c’est Léa Nahon, qui découvrira son art la première. Un vrai tremplin pour ce style réaliste épuré et lisible au premier coup d’oeil. Son choix du noir et dégradés de gris met en valeur la noirceur de ses idées pour une identité marquée.

jesuisuneplaie
jesuisuneplaietattoo

Son talent, l’Andro Gynette le doit en partie à son vague à l’âme qui la pousse à constamment dessiner. Son « nickname » vient de son apparence filiforme et de sa tête rasée. Côté technique, elle s’exerce sur les potes, mais aussi sur d’anciens clients. Elle sait déjà ce qu’elle aime encrer et ce qu’elle n’aime pas, comme la couleur qui reste réservée aux potes. Les petites phrases cyniques dont elle souligne ses motifs, sont sa marque de fabrique. Elle raconte à ce sujet « Je crois que ça a commencé avec un ami de lycée, on se faisait des battles de punchlines le soir sur MSN…puis ayant fait une année de graphisme, on nous demande de produire une image simple et efficace qui symbolise un mot. Mélangez un peu tout ça, et vous obtiendrez de « L’Andro Gynette » ».

En se présentant au salon « La Boucherie Moderne » : laboratoire de styles décalés mais novateurs, elle découvre un vivier régulièrement renouvelé de tatoueurs aux styles graphiques déjantés. C’est d’ailleurs la grande Léa Nahon qui lui donnera sa chance, sans avoir vu son book. L’équipe (Jen Zie, Entouane, Benji, Guillaume et Léa) est soudée et a l’esprit d’entraide. Ils aideront la grande Gynette à affiner et affirmer son style. « Je ne me suis fixée aucun objectif « stylistique » à la base si ce n’est de toujours faire de mon mieux, de rester fidèle à moi-même et ne pas décevoir les gens qui m’ont fait confiance. Ça passe par les gars de la boucherie… Comme par mes clients. Mes potes. Ceux qui m’entourent. » Pari réussi vu la qualité technique de ses tatouages.

peinedecoeur

Le quotidien entretient son imaginaire. Au détour d’une conversation, le soir lorsqu’elle se fait fait « chier à un événement » ou même en allant « pisser », elle a le déclic. Alors elle griffonne ses cahiers de croquis de dessins sombres et poétiques avec cette touche d’ironie.

Bookée jusqu’en décembre 2014 l’Andro Gynette sera tout de même en guests dans les shops : « Sorry Mama », « Baron Samedi », « Tribal Act », « Empreinte », « Body Seasons Authentik », « Chair et Tendre », « AKA », « Le Tattoo Shop ».

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest