Knuckeldust : “mon premier tattoo a trouvé son inspiration dans les soirées arrosées à la Guinness”

IMG_5023_1-1

Fleuron du modern hardcore « british », les Knuckeldust continuent de tourner après quatre albums et 10 ans a faire trembler les scènes. Impressionnants, les gaillards du groupe sont des aficionados du tatouage de longue date. Toujours à trainer au Ieper fest ou autre rassemblement coreux, ils étaient cette fois dans la moiteur de la Mécanique Ondulatoire à Paris. 

Est-ce que tu peux nous parler de l’album « Bluff Lies and Alibis »?

KD : On a choisi ce nom a l’époque car il y avait pas mal de problèmes politiques ici, de nouvelles lois concernant le systeme de vote par exemple. La vision du politicien pour le peuple est plutôt négative et associée au mensonge plus qu’à la franchise. On n’avait pas réellement de plan défini, on a écrit les paroles au feeling et au final ça s’entend comme la haine envers la politique mais ça montre ce qu’on vit ici dans un style typiquement londonien.

About the album Blues lies and allibis. Can you tell us about the album, name, who you worked with, meaning of the album?

We choose the name by the time we wrote the album there was a lot of politic stuff going on, voting system and everything, as most politician lies, with promises and stuff. We didn’t really had a plan for the album, we just wrote some songs, it sounded like a political anger, it shows real life really, expressing that anger in a London style.

Quels ont été les retours du public?

De façon générale la reaction du public a été positive. Certaines personnes nous ont reproché de partir vers un style plutot punk rock avec plus de mélodies, ce genre de trucs auxquels ils ne s’attendaient pas de la part de Knuckledust. Ils n’ont certainement pas écouté ce que l’on a fait depuis les premiers albums,il y a un contraste entre ces disques-là et ce que l’on fait maintenant. On a beaucoup appris avec le temps aussi. La façon de jouer n’est plus la même, on a construit nôtre son et on va continuer dans ce sens.

What was the feedbacks from people?

In a general way they liked it. We had some people complaining about the fact that some songs have too much punk rock influences such as the melodies which they didn’t expect from Knuckledust but they certainly have listened to the first albums and not the middle ones because there are big contrasts between the 2. We have learned how to play during these years and I think we have our own style know.

©Brian Ravaux

En parlant de vos influences, est-ce que vous êtes influencés par d’autres musiques comme le hiphop par exemple ?

On a grandi à East London, là-bas on écoutait pas mal de Punk Oï et du hardcore. Deux des membres de Knuckledust ont fait partie de groupes comme : « The Business » « Hogee Bogee » ou encore « Deadline » ! Ca te donne un peu une idée de l’ouverture d’esprit du groupe. De mon côté je n’écoute pas de HipHop, je reste attaché à la dancehall et au reggae que j’écoute constamment, je vis dans North East London, Houston c’est un quartier Jamaïcain. Pour moi la Dancehall a toujours fait partie de la culture anglaise et caractérise Londres. Le hiphop représente surtout les Etats-Unis. Je préfere écouter quelque chose qui vient de mon quartier et qui parle aux gens pauvres, c’est aussi le cas pour le hardcore.

Talking about music influences do you have other ones maybe hiphop ?

We grew up in east London, listening to oï music, hardcore music …2 member of our band played for “the business” which is most Oï music. They also played for the deadline, hogee bogee which are more punk rock stuff. I personally don’t listen to hiphop, I listen to dance hall music, reggae music all the time, I live in North West of London, near Houston, jamaïcan community there. For me dancehall music as always been apart of the London music and uk music. Hip Hop music is more an American sound, id’r rather inspire myself with dancehall when I write, It is music for poor people so like hardcore is…

Est-ce que tu peux nous parler de ton premier tattoo ?

Quand j’étais plus jeune j’étais pas mal inspiré par ma culture qui vient du Pérou, des trucs Aztèques. Mais mon premier tattoo a trouvé son inspiration dans les soirées arrosées à la Guinness avec mes potes écossais! J’ai une chope de biere dans mon dos. Ca représente la force.

Can you tell us a story about your tattoos? maybe the first tattoo?

when I was younger most of my tattoo were inspired by my culture in Perou Aztec but my first tattoo was made when I was a teenager. It was a Guiness Hop it’s on my back. I choose to do it because I use to hangout with irish kid, drinking Guiness and it symbolize strength for me.

©Brian Ravaux

Est ce que tu as des tatoueurs avec lesquels tu préfères bosser ?

Pas vraiment, la plupart des gens qui m’ont tatoués sont des potes d’enfance. Quand j’ai envie d’une pièce j’appelle un pote et il me fait ça. Mon ex- femme était tatoueuse donc j’ai pas mal de trucs qu’elle m’a fait, j’étais un peu son “cochon de Guinée” (cobaye, ndlr) mais il me reste beaucoup de place. Je ne suis jamais pressé pour me faire tatouer : pas de rush pour une manchette!

Do you have a tattoo artist you like more?

Not really, mostly I get inked from my friends I grew up with, If I wanted to do something I go to them and they do shit to me.. My ex-wife was tattooer so I got a lot of stuff from her, I was a sort of Guinee pig you know. I mean no rush to get sleeve.

Est ce que tu accordes du sens à tes tatouages ?

Personnellement, j’aime les tatouages qui ont un sens c’est la raison pour laquelle il me reste encore de la place…

Does meaning is important in tattoo for you?

I like tattoos that have a meaning from myself that’s why I haven’t covered myself up so quickly.

Est ce que tu es toujours passionné par le Hardcore ? Vas-tu voir des concerts en tant que spectateur ?

Oui, je vais toujours voir les jeunes groupes underground. Je soutiens la scène locale. J’aime voir les groupes avec lesquels je joue. Sinon on a créé un label Rucktion records, avec quelques bons groupes dessus. On organise des concerts tous les premiers samedis du mois au 12 bar, c’est dans le centre de Londres, passe nous voir si tu as l’occasion!

Are you still passionate by hardcore music? Do you still go to concerts as a listener I mean?

Yes i still go to see the young bands as a listener, I support the local underground scene. We have a record label called Rucktion with 2 bands on it., We organize a show every first Saturday of the month at the 12 club in London center. 

Interview et photos live par : Brian Ravaux ©Immortalizr  – Photos  de Une: Aga Hairesis
Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest