Gakkin – Black Crow

gakkin une

Visuels : © Gakkin

A 40 ans, Gakkin, tatoueur originaire de Kyoto, se dit « ni trop jeune, ni trop vieux ». Il encre des pièces monumentales, à l’impact visuel fort et aux noirs intenses.

Utilisant la technique du free hand (consistant à réaliser le dessin à même la peau du tatoué), ce tatoueur dont l’encre noire est la marque de fabrique crée des pièces dont les mouvements insufflés par le traditionnel japonais enrobent parfaitement les corps. A cela, le tatoueur semble opposer une technique, plus moderne rappelant la photographie, dans un style plus graphique : l’effet de négatif. Ses sujets de prédilection sont des animaux et fleurs, toujours parfaitement uniques. Gakkin encre depuis un an à Amsterdam, ce qui lui permet aussi de s’inscrire au sein de la septième édition du Mondial du Tatouage à Paris. Peut-être encore en Europe pour un an ou plus, lui-même n’en est pas certain Gakkin, a la bougeotte et avec son talent qui ne se le permettrait pas ?

Au départ, « mauvais garçon qui aimait dessiner », c’est en observant des tatouages à l’époque, qu’il se dit «  mes dessins sont largement mieux ! ». Après l’école alors lycéen, il commence à piquer un ami à lui. Mais Gakkin n’aime pas l’école, et même s’il poursuit plus tard une école de design, il la quitte au bout de trois mois. Sans éducation artistique, Gakkin ne se pose pas tant de questions, le tatouage il s’y plait et c’est pour le fun qu’il s’immerge dans cette forte culture traditionnelle japonaise.Il l’affirme ainsi : «  j’ai réalisé que c’était la meilleure façon de pouvoir profiter de ma vie ». Son style, il n’y réfléchit pas trop, il le ressent plutôt et s’en laisse bercer par de nombreuses photographies anciennes, et objets rattachés à la nature.

Son empreinte se fige surtout lorsqu’il travaille sur des bodysuits : je peux transformer le corps de mes clients et en faire ressortir ce qu’il y a de plus beau, puissant et élégant en eux avec le dessin en Free Hand, c’est ce qu’il y a d’excitant ». Bluffantes sur un plan technique et esthétique, ses pièces laissent entrevoir un univers aux caractéristiques entre traditionnel et futuriste, punk et cyberpunk, érotisme et nature.


 

INSTAGRAM – @gakkinx

DSC_0912ed

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest