Armelle Stb : Celle qui s’invitait « Chez Mémé »…

Texte : Tiphaine Deraison / Visuels : Armelle STB / Publié dans la revue #3

« Chez Mémé », (maintenant devenu Bisous Bisous, ndlr) c’était avant tout chez Rion, Armelle mais aussi Max, Maxime Newtown, Bart et Bouits ! Ce drôle de nom révèlait une boutique de copains qui produisaient des styles modernes affirmés. Rion s’appliquait à piquer un trait entre traditionnel et japonais, toujours légèrement farceur et Armelle une des fondatrices de la boutique, un trait noir, propre à l’esthétique floral et ornemental. Depuis 4 ans, lorsqu’on passait la porte de ce salon, on y enlèvait d’abord ses chaussures pour enfiler des chaussons. De quoi se sentir comme à la maison. 

« Chez Granny » is above all about Rion, Armelle but also Max, Maxime Newtown, Bart and Bouits! This strange name reveals a buddy shop that delivers assertive modern styles. Rion strives to create a line between traditional and Japanese, always slightly joking, and Armelle, one of the founders of the boutique, a black line, specific to floral and ornamental aesthetics. For the past 4 years, when you walk through the door of this living room, you take off your shoes first to put on your slippers. Something to feel at home in. 

Tatoueuse depuis plus de six ans, Armelle, 31 ans, a roulé sa bosse. A Paris désormais depuis 8 ans, si elle pique surtout de la fleur, ce n’est pas pour autant une fine bouche. Son premier tattoo elle se le fait encrer il y a environ 10 ans puis elle se lance en études d’architecture. Mais le tattoo est présent dans sa vie alors qu’elle gère le comptoir à Tribal Act le jour et fait du strip tease la nuit. Le tattoo ? Ce n’est pas une évidence, elle vient d’une famille « bon chic bon genre », un père militaire… le tatouage d’où elle vient ; « c’est vulgos ! ». « …Puis à 19 ans je sais pas j’ai eu envie de tout essayer et il y avait le tattoo sur la liste, j’en ai fait un petit et puis un autre et puis tous les 2 ou 3 mois… et ça fait 10 ans que je suis tombée dans la marmite, ça m’a complètement happée, je ne pensais pas en faire mon travail ou être couverte à ce point ! Et vu d’où je viens, c’est très surprenant. »

Tattoo artist for more than six years, Armelle at 31 years old has been working hard. In Paris for 8 years now, if she stings mostly flower, she is not sassy at all and does not hesitate to make a joke. Her first tattoo about 10 years ago when she was studying architecture, managing the counter at Tribal Act and stripping at night. The tattooing? It’s not an obvious fact, she comes from a « good chic good gender » family, a military father… the tattoo where she comes from; « it’s vulgos! ». « …Then at 19 years old I don’t know I wanted to try everything and there was tattoo on the list, I made a small one and then another and then every 2 or 3 months… and it’s been 10 years since I fell into the pot, it completely satisfied me, I didn’t think I would do my job or be covered this much! And considering where I come from, it’s very surprising. »

armelle stb, tattooer, armelle stb, black tattoo, motifs, armelle stb tattoo design,

Première expérience tattoo

« J’ai ramené mon design, c’était une encyclopédie, et je l’ai ouverte sur une coccinelle. A l’époque, le plus important pour moi c’était vraiment l’expérience.» Armelle ne se préoccupe pas de la douleur et ne se pose pas de questions à l’époque. Etudiante en architecture, dans la foulée, elle commence un apprentissage avec Seb Ink Me. « Et j’ai réalisé que l’architecture c’était pas du tout pour moi. Il fallait réfléchir à soit faire des HLM toute ta vie ou des jolis musées mais ça m’a dégoutée tout de suite. ». Mais son parcours tattoo, n’en reste pas moins loin d’être linéaire, puisqu’elle rencontre un autre tatoueur ; cette fois « pervers narcissique ». « Il y avait beaucoup d’égo dans l’histoire et ça m’a dégoutée. Je suis rentrée à Paris avec l’idée d’avoir une vie la plus normale possible… ».

Un peu plus tard, lorsqu’elle pique quelques potes, la magie revient et le déclic avec ; piquer, c’est vraiment ce qu’elle souhaite faire. Elle passe par beaucoup de shops type « walk-in » et enchaîne les signes de l’infini et les étoiles. 

« I brought my design back, it was an encyclopedia, and I opened it on a ladybug. At the time, the most important thing for me really the experience. I really wanted to experiment. Armelle did not care about the pain and did not ask herself any questions at the time. As a student in architecture, she began an apprenticeship with Seb Ink Me. « And I realized that architecture was not for me at all. You had to think about making low-cost housing all your life or pretty museums, but it disgusted me right away. ». But her tattoo path, however, remains far from being linear, since she met another tattoo artist; this time « narcissistic perverse ».

« There was a lot of ego in the story and it disgusted me. I returned to Paris with the idea of having as normal a life as possible…. ». A little later, when she bites a few friends, the magic comes back and clicks it with it; bite, that’s really what she wants to do. It goes through many walk-in shops and links the signs of infinity and the stars.

Patterns et porcelaine

Son style est surtout esthétique et sa clientèle est majoritairement celle de premiers tatouages, même s’il s’accorde très bien avec d’autres genres. « …beaucoup de gens n’auraient pas eu de tattoo si jamais ils n’avaient pas vu mon travail, c’est mignon, c’est pas hyper engageant et c’est facile à porter. » Ornemental et floral, son trait est épais et parfois inspiré de la gravure, usant de hachures, en premier lieu comme système D.

Elle adopte aussi un côté décalé lorsqu’il s’agit de motifs plus illustratifs. « A la base, mes inspirations, c’est pas tant la nature que des fonds d’assiettes de grands-mères, donc si tu m’invites chez ta mamie je vais prendre en photographie tous les dessus de lits, papiers-peints, assiettes… le travail est permanent car j’y pense tout le temps. » Le côté rétro l’attire à tel point qu’elle se dit hystérique de ce type de motifs. Sa démarche ?

Her style is mainly aesthetic and her clientele is mainly that of first tattoos, even if it fits very well with other genres. « …a lot of people wouldn’t have had a tattoo if they hadn’t seen my work, it’s cute, it’s not very engaging and it’s easy to wear. « Ornamental and floral, its line is thick and sometimes inspired by engraving, using hatching, primarily as a D system. It also adopts an offset side when it comes to more illustrative motifs. « Basically, my inspirations are not so much nature as grandmothers’ plate bottoms, so if you invite me to your grandmother’s house I’ll take pictures of all the bedspreads, wallpapers, plates… the work is permanent because I think about it all the time. « The retro aspect attracts her to such an extent that she says she is obsessed about this type of motif. Her approach? Assembling patterns, designs… that’s why in tattooing she feels more like a craftsman than an artist, the action of tattooing and holding a dermograph in her hand, soothes her.

It is therefore impossible for Armelle to see herself do anything else. More than drawing, she has recently seen herself develop the free hand, and the choice of black is like her wardrobe; it avoids associating colours and making mistakes but above all it allows her to add different textures that she experiences with practice. « I’m honest I’m not going to sell you a dream and then what matters is the result and that the customers are happy. »

armelle stb, tattooer, armelle stb, black tattoo, motifs, armelle stb tattoo design,

Assembler des patterns, des designs… c’est pourquoi dans le tatouage elle se sent plus artisan qu’artiste, l’action de tatouer et de tenir un dermographe en main, l’apaise. Impossible donc pour Armelle de se voir faire autre chose. Plus que le dessin, elle se voit dernièrement développer le free hand, et le choix du noir, c’est comme pour sa garde robe ; ça évite d’associer les couleurs et de se tromper mais surtout il lui permet d’ajouter des textures différentes qu’elle expérimente avec la pratique. « Je suis honnête je ne vais pas te vendre du rêve et puis ce qui compte c’est le résultat et que les clientes soient contentes. »

D’un autre coté, ses motifs végétaux et coquillages se changent parfois en scènes de tortures pour sa clientèle black métal, un décalage qui la résume bien. Et puis les fleurs il y en a des milliers, impossible donc de s’en lasser à l’inverse c’est aussi rassurant, comme les quatre murs d’une maison ; elle y trouve une grande stabilité, tout comme chez sa moîtié Rion, « Marion c’est le sucre dans mon café ! », ou Rebecca Vincent une artiste qui se rapproche d’elle côté tattoo. 

On the other hand, her plant and shell motifs sometimes turn into scenes of torture for her black metal clientele, a discrepancy that sums her up well. And then there are thousands of flowers, so it’s impossible to get tired of them, on the other hand, it’s also reassuring, like the four walls of a house; she finds great stability there, just like in her Rion box, « Marion is the sugar in my coffee! « , or Rebecca Vincent an artist who is getting closer to her on the tattoo side. 

armelle stb, tattooer, armelle stb, black tattoo, motifs, armelle stb tattoo design,

Si Armelle participe à un joli projet avec la marque vintage Londonienne (@throw_back_vintage) elle pique aussi avec des encres totalement vegans et publie de temps à autre des planches de flashs dédiées à aider par leurs bénéfices encrés, des associations notamment en faveur des réfugiés : « je fais de temps en temps une planche avec des petits motifs des branches etc. via We are One Collective, je publie la planche et tout va dans une cagnotte permanente. Je la tatoue à Londres ou chez Mémé et le paiement est direct via le site ou l’association. »

If Armelle participates in a nice projects like the London vintage brand (@throw_back_vintage) she also picks with totally vegan inks and publishes from time to time flash sheets dedicated to help associations with their inked benefits, in favour of refugees: « I make from time to time a sheet with small patterns of branches etc. via We are One Collective, I publish the sheet everything goes in a permanent pot. I tattoo it in London or at Granny’s and the payment is direct via the website or the association. »


Armelle Stb : Instagram / We are one

armelle stb, tattooer, armelle stb, black tattoo, motifs, armelle stb tattoo design,
armelle stb, tattooer, armelle stb, black tattoo, motifs, armelle stb tattoo design,
armelle stb, tattooer, armelle stb, black tattoo, motifs, armelle stb tattoo design,